Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Recherche de publications

Chercher par auteur, titre ou source

Meier, A. / Meier AND Müller / Wald OR Schutz / Wald AND NOT Risiko

Année de publication

2010, 2008-2009

Commandes des Notices

Commandes individuelles
S'abonner aux Notices pour le praticien
allemand  français

Souhaitez-vous être informé-e des nouvelles publications du WSL?

Newsletter numérique (nouvelles publications)

Managing Editor

Notice pour le praticien No 53

Csencsics, D.; Aavik, T.; Hedinger, C.; Holderegger, R.; Home, R.; Keller, D.; Seidl, I.; van Strien, M.J.; Zurbuchen, A.; Bolliger, J., 2014:
Mise en réseau des habitats dans le paysage agricole. Chances et risques.

Not. prat. (frz.) 53: 8 pp.

add to basket

Dans le cadre du projet ENHANCE, des méthodes écologiques et génétiques ont été mises en œuvre pour étudier l’influence d’un paysage agricole suisse, morcelé et intensivement exploité, sur la mise en réseau des habitats de diverses espèces animales et végétales. Ces recherches scientifiques ont été complétées par des études socio-économiques permettant d’établir la valeur que la population accorde à la mise en connexion des habitats.

Smaragdgebiet Oberaargau Helmazurjungfer
Dans de tels paysages agricoles les habitats forment-ils un réseau? Photo: T. Aavic
Les fossés de prairies peu visibles sont des habitats typiques de l’agrion de Mercure. Photo: D. Keller

Certaines espèces, comme le criquet marginé (Chorthippus albomarginatus; fig. 2) s’adaptent bien aux terres agricoles exploitées intensivement et ne sont pas tributaires des surfaces de compensation écologique. Les surfaces de compensation écologique offrent à la faune et à la flore, en complément des réserves naturelles, des niches écologiques au milieu de terres agricoles intensivement exploitées. Par exemple en prenant des mesures ciblées de promotion, notamment en créant côte à côte un réseau de surfaces très fleuries et de petits biotopes, l’agriculteur peut contribuer à conserver et promouvoir une faune apicole riche, qui favorise à son tour la pollinisation de la faune sauvage et des plantes cultivées. Les espèces spécialisées comme l’agrion de Mecure ont besoin de mesures particulières. Les mesures générales et spéciales destinées à l’établissement de réseaux fonctionnels sont mieux acceptées par la population si elles sont accompagnées de campagnes d’information.

Parmi les points négatifs, soulignons notamment le manque fréquent de contrôles des mesures de protection de la nature, qui devraient garantir une interconnexion à long terme des habitats. Lors de tels contrôles, des synergies entre la science et la pratique pourraient être davantage utilisées afin d’apporter un appui ciblé à la planification de la protection de la nature.

Notices pour le praticien sur des thèmes voisins
Contact
Pour plus d’informations

 

Spacer