Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Recherche de publications

Chercher par auteur, titre ou source

Meier, A. / Meier AND Müller / Wald OR Schutz / Wald AND NOT Risiko

Année de publication

2010, 2008-2009

Commandes des Notices

Commandes individuelles
S'abonner aux Notices pour le praticien
allemand  français

Souhaitez-vous être informé-e des nouvelles publications du WSL?

Newsletter numérique (nouvelles publications)

Managing Editor

Notice pour le praticien No 57

Rigling, D.; Hilfiker, S.; Schöbel, C.; Meier, F.; Engesser, R.; Scheidegger, C.; Stofer, S.; Senn-Irlet, B.; Queloz, V., 2016:
Le dépérissement des pousses du frêne. Biologie, symptômes et recommandations pour la gestion.

Not. prat. (frz.) 57: 8 pp.

add to basket

Bref résumé
Eschentriebsterben - dépérissement des pousses

Frênes atteints par la chalarose. Les couronnes indiquent une forte transparence en raison du dessèchement des pousses et des branches. Photo: Andrin Gross, WSL.

Le dépérissement des pousses du frêne (ou chalarose du frêne), est une grave maladie des arbres causée par Hymenoscyphus fraxineus, champignon originaire d‘Asie orientale. Cet agent pathogène hautement infectieux a vraisemblablement été introduit avec du matériel végétal en Europe au début des années 1990, où il s’est répandu de façon épidémique. En Suisse, la chalarose du frêne a été observée pour la première fois en 2008 dans la région bâloise. Elle s’est ensuite répandue sur l’ensemble du pays. A l’heure actuelle, on ne connait aucune mesure efficace contre cette maladie. L’existence du frêne en tant qu’essence de valeur est menacée.

Comme il n’existe à l‘heure actuelle aucune méthode pratique avérée pour lutter contre le dépérissement des pousses du frêne, il n’est pas possible de freiner sa propagation. Les spores de l’agent infectieux se développant dans la litière des frênes, il est en effet impossible d’éliminer l’ensemble du matériel infecté à l’échelle d’une région. D’autre part, l’utilisation de produits phytosanitaires ne serait ni opportune ni autorisée en milieu forestier. Il est donc d’autant plus important, dans la situation actuelle, de conserver et favoriser les frênes qui n’indiquent pas ou peu de symptômes visibles de l‘extérieur. Ils sont possiblement peu sensibles ou résistants à la maladie et pourraient transmettre cette propriété à leurs descendants. La démarche dans les peuplements infectés est recommandée dans cette Notice:

Contact
Pour plus d’informations

 

Spacer