Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Dynamique de la végétation: placettes permanentes dans le Parc national

Depuis la création du Parc national suisse en 1914, un des objectifs principaux de la recherche en botanique a toujours été le suivi à long terme du développement de la végétation. A cet effet, le botaniste Josias Braun-Blanquet a aménagé une trentaine de placettes permanentes entre 1917 et 1921. Son successeur, Balthasar Stüssi, a poursuivi cet effort, et en 1939 le réseau comptait plus de 160 placettes.

Les relevés pratiqués à intervalles plus ou moins réguliers nous permettent aujourd’hui de faire des constats précis au sujet du développement à long terme de la strate herbacée haute, des prairies grasses, des pâturages secs et gras, ainsi que des communautés végétales forestières.

Permanent plot Stabelchod in the past   Permanent plot Minger in the past
La placette permanente "Stabelchod" autrefois   La placette permanente "Minger" autrefois
     
Permanent plot Stabelchod today   Permanent plot Minger today
La placette permanente "Stabelchod" aujourd'hui   La placette permanente "Minger" aujourd'hui

En 1921, on ne trouvait en moyenne qu’une douzaine de plantes différentes au mètre carré dans les prairies grasses. En 2005, le nombre d’espèces était passé à 39, soit plus du triple. Cette augmentation est probablement due à l’action du gibier. En broutant de préférence les plantes les plus hautes, les cerfs permettent à de nombreuses espèces végétales à tige courte d’accéder à la lumière et donc de se développer. A l’heure actuelle, les chercheurs du WSL recensent sur les prairies une très grande diversité végétale, dont un grand nombre d’espèces nouvelles par comparaison au début du siècle dernier.

Outre les placettes établies pour suivre les différents types de végétation présents dans le Parc, d’autres placettes permettent d’observer la dynamique de population de certaines espèces:

  • l’avancée du pin de montagne (Pinus montana) sur les pâturages abandonnés suite à la création du Parc national en 1914
  • la croissance radiale des colonies de brachypode penné (Brachypodium pinnatum)
  • la croissance et la propagation de touffes de laîche toujours verte (Carex sempervirens).

Participants

  • Martin Schütz (martin.schuetz@wsl.ch)
  • Anita Risch
Mots-clés développement de la végétation, dynamique de la végétation, parc national suisse, braun-blanquet, biodiversité, cerf

 

Spacer