Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Peut-on entendre les chauves-souris?

Grosses Mausohr
Grand murin (Myotis myotis) au vol. (Photo: Fledermausschutz.ch) Clique sur la photo pour l'agrandir.
Batlogger
Le Batlogger permet de détecter et d'enregistrer les cris d'écholocalisation des chauves-souris, inaudibles pour l'homme. Il localise avec précision la position de l’opérateur grâce à sa fonction GPS. Le suivi des déplacements des chauves-souris et l'étude de leurs déplacements sont ainsi grandement facilités. (Photo: WSL) Clique sur la photo pour l'agrandir.
 

Certains cris émis par les chauves-souris sont audibles pour les êtres humains, d’autres non. Pour chasser les insectes, ces mammifères actifs la nuit utilisent un système d’écholocalisation à base d’ultrasons. Ultra signifie en latin «au-delà». Les ultrasons sont donc des sons trop aigus pour que les humains puissent les entendre.

Seuls les cris d’écholocalisation du molosse de Cestoni sont audibles pour des jeunes gens (dont les oreilles sont plus sensibles que les personnes plus âgées), et rappellent la stridulation très aiguë d’une sauterelle. Si l’on ralentit dix fois la vitesse des enregistrements de cris d’écholocalisation, ils sont perceptibles pour l’oreille humaine (voir exemples ci-dessous).

Par contre, nous pouvons percevoir les cris avec lesquels les chauves-souris communiquent entre elles, et qui ressemblent à un gazouillis très doux.

L’écho des insectes

Grâce à leur système d’écholocalisation à ultrasons, les chauves-souris peuvent détecter les obstacles et les insectes, et même déterminer leur distance, leur taille et leur vitesse. La chauve-souris émet des cris ultrasons à intervalles réguliers. L’objet frappé par le son, par exemple un insecte, renvoie un écho. La chauve-souris entend le son en retour, et peut se diriger vers l’insecte.

Les scientifiques peuvent enregistrer avec des appareils spéciaux ces cris d’écholocalisation, même inaudibles pour l’oreille humaine, et en déduire quelles sont les espèces en vol. C’est important lorsqu’on veut savoir quels sont les milieux naturels des différentes espèces. En effet, les chauves-souris trouvant de moins en moins d’habitats adaptés en Suisse, deux tiers des 30 espèces qui y vivent sont menacés d’extinction, et le troisième tiers comprend de moins en moins d’individus.

Au WSL...

... une équipe de chercheurs a automatisé la reconnaissance des espèces de chauves-souris. Les scientifiques ont passé de nombreuses heures nocturnes à capturer des chauves-souris, avant de les libérer et d’enregistrer leurs cris lors de l’envol. Ils disposent désormais d’exemples de cris de toutes les espèces de chauves-souris.

Ensuite, ils ont programmé un logiciel (Batscope) capable de comparer automatiquement les cris enregistrés en plein air avec ces exemples. Dans quatre cas sur cinq, le logiciel identifie du premier coup la bonne espèce de chauve-souris. Lorsqu’un expert vérifie le résultat, le taux de réussite peut atteindre 90 %.

Ce logiciel n’est pas uniquement utile aux études des scientifiques. Les protecteurs des chauves-souris s’en servent aussi pour savoir combien d’animaux de chaque espèce vivent encore dans leur région. Les autres utilisateurs sont des entreprises, notamment des constructeurs d’éoliennes. Ils ont l’obligation légale de vérifier l’impact éventuel des éoliennes sur ces chasseurs nocturnes.

             
Myotis bechsteinii   Nyctalus noctula   Pipistrellus pipistrellus   Tadarida teniotis
Vespertilion (ou murin) de Bechstein (Myotis bechsteinii)
  Noctule commune (Nyctalus noctula)
  Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus)
  Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis)

Clique sur les images pour entendre les enregistrements de cris d'écholocation.

Pour en savoir plus:

 

Spacer