Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Les plantes qui poussent sur les sommets sont-elles les mêmes qu’il y a 100 ans?

Feldbuch Heer

Le chercheur Oswald Heer n’a trouvé en 1835 sur le Piz Linard dans les Grisons qu’une seule espèce de plante, l’androsace des Alpes. Aujourd’hui, on trouve sur ce sommet 16 espèces différentes. L’illustration présente un croquis de son carnet de terrain. Source: Bibliothèque centrale Zurich, Succ. O. Heer 63, p. 55

 
Lenzerhorn

Lors du travail sur le terrain en montagne, les chercheurs doivent être très attentifs.

Photo: Sarah Burg, SLF

Alpen-MannsschildGletscherhahnenfussZottige Gämswurz

Les sommets sont plus colorés qu’on le croit: androsace des Alpes, renoncule des glaciers, doronic de l'écluse (de haut en bas). Photos: Cajsa Nilsson, Veronika Stöckli, SLF

Clique sur les photos pour les agrandir.

On trouve aujourd'hui plus de plantes différentes sur nos sommets qu’il y a un siècle à peine. C’est ce qu’a constaté une équipe de chercheurs du SLF. Pour déterminer si les changements climatiques sont responsables de cette diversité colorée, les chercheurs étudient également d’autres sommets en Europe.

Les plantes qui poussent sur les sommets doivent affronter le froid et le vent tout en se contentant de rares nutriments. Déjà, il y a plus d’un siècle, les chercheurs et botanistes amateurs étaient fascinés par ces plantes. Ils ont fait l’ascension de nombreux sommets de Suisse et ont noté les lieux où ils ont trouvé certaines plantes. Par chance, leurs données ont été conservées jusqu’à aujourd’hui.

La botaniste Sonja Wipf et ses collègues du SLF ont comparé ces relevés historiques avec les données actuelles, avec pour objectif de déterminer si l’on retrouve aujourd’hui sur les sommets les mêmes plantes qu’autrefois. Mais avant tout, ils ont dû eux-mêmes faire l’ascension de ces sommets. Sur plus de cent sommets des cantons des Grisons, de Glaris et du Tessin, ils ont scruté les 10 derniers mètres et ont recensé les espèces de plantes et leur altitude exacte.

Avec un smartphone au sommet

Sur les sommets, les chercheurs ont toujours procédé de la même manière : en partant du point culminant, ils ont suivi une spirale descendante, en notant chaque nouvelle espèce rencontrée. Les endroits trop raides ont été explorés à la jumelle.

Pour simplifier le travail sur site, les botanistes ont utilisé un carnet de terrain électronique sur leur smartphone. Ils ont ainsi pu noter les plantes rencontrées, leur altitude, leur emplacement exact, l’heure d’observation et bien d’autres informations d’un simple clic sur place.

Les sommets sont aujourd’hui plus colorés

Le monde végétal a fortement évolué en 100 ans sur les sommets. La comparaison avec les anciennes données montre que très peu d’espèces ont disparu. Par contre, des plantes qui poussaient autrefois à des endroits moins élevés et moins froids ont colonisé les sommets. Et certaines plantes qui y existaient déjà sont devenues aujourd’hui plus fréquentes. Les sommets des Alpes sont donc les seuls habitats de Suisse où la biodiversité ne diminue pas. Certaines espèces sont cependant devenues plus rares, ou bien ont complètement disparu.

Les chercheurs supposent que le réchauffement climatique a modifié les conditions de vie sur les sommets. Grâce aux températures plus élevées, certaines plantes qui ne pouvaient autrefois pousser qu’à des altitudes inférieures peuvent désormais y survivre. En outre, la neige subsiste moins longtemps, et les plantes ont plus de temps pour se reproduire. Il se pourrait également que les plantes aient progressé en altitude avec l’aide des animaux sauvages ou des randonneurs.

Sonja Wipf et les autres spécialistes de son équipe ne se sont pas contentés de se rendre sur des sommets suisses. Ils ont également visité des sommets en Europe, notamment en Espagne, en Suède et en Roumanie. Leur travail doit leur permettre de savoir ce qui se passe avec les plantes des sommets lorsque les températures augmentent.

Pour en savoir plus:

Choerbschhorn

Sur les 10 derniers mètres du Chörbschhorn près de Davos, il pousse 118 espèces de plantes.
Photo: Veronika Stöckli, SLF

Questions voisines:

 

Spacer