Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Pourquoi les zones alluviales sont-elles protégées?

Auenlandschaft an der Aare
Zone alluviale de l’Aar. (Photo: Markus Bolliger)
 
3320_0.jpg
Le martin-pêcheur d’Europe vit dans les zones alluviales et d’autres zones humides. (Photo: ©Ruedi Aeschlimann)
 
BOL_11-12_064_200ppi.jpg
Grenouille verte dans une zone alluviale près de Fribourg. (Photo: Markus Bolliger)
 
Überschwemmte Weichholzaue mit Schwarzerlen
Forêts alluviales à bois tendre avec aulnes noirs. (Photo: Markus Bolliger)

Les zones alluviales sont constituées d’une mosaïque d’habitats et abritent une faune et une flore très variée. Elles sont également d’une grande importance écologique pour les êtres humains. Pourtant, un grand nombre de ces espaces sont aujourd’hui menacés.

Ce sont les cours d’eau qui créent des zones alluviales: les crues et les périodes de sécheresse se succèdent, la rivière change de cours et inonde des surfaces qui étaient sèches jusque là. Des espèces d’arbres et de plantes s’épanouissent dans les zones alluviales, créent des habitats très divers et offrent un abri à une faune très variée.

Les zones alluviales sont les forêts tropicales d’Europe

Les biologistes spécialistes de la protection de la nature estiment qu’environ la moitié de toutes les plantes suisses sont présentes dans les zones alluviales, où se retrouvent également 10 % de tous les animaux vivant en Suisse. Parmi ceux-ci, on compte de nombreuses espèces protégées comme le martin-pêcheur d’Europe, le petit gravelot, la rainette, le mars changeant et d’autres papillons, le castor, et en ce qui concerne la flore, la petite massette ainsi que de nombreux lichens et champignons rares.

Pourtant, les zones alluviales ne sont pas uniquement dignes d’être protégées pour leur biodiversité colorée. En effet, elles filtrent notre eau potable et protègent des crues en jouant le rôle de surfaces inondables.

Pourquoi de nombreuses zones alluviales ont-elles disparu?

De nombreuses zones alluviales ont disparu en raison du besoin croissant en terres agricoles. Les êtres humains ont commencé à drainer les zones humides, à endiguer et rectifier les rivières depuis le XIXe siècle pour protéger les fonds de vallées des inondations. Il est vrai que les marais des zones inondables des rivières constituaient un paradis pour les moustiques, qui représentaient un risque pour la santé des hommes et des animaux. Les cas de malaria n’étaient pas rares dans le Seeland et dans la plaine de la Linth jusqu’au XIXe siècle.

Aujourd’hui encore, des zones alluviales sont détruites: nous construisons des routes et des bâtiments, et nous prélevons de grands volumes d’eau dans des fleuves pour produire de l’énergie hydroélectrique.

Renaturation des cours d’eau

Environ 70 % des zones alluviales suisses ont disparu au cours des 150 dernières années. C’est pourquoi le pouvoir politique a décidé dans les années 1990 qu’il fallait protéger et restaurer les zones alluviales, par exemple en renaturant les rivières, c’est-à-dire en supprimant dans la mesure du possible les interventions effectuées par les hommes sur les cours d’eau. Pour ceci, on démolit des digues ou on évacue des sédiments. Par ailleurs, on peut augmenter les débits réservés (débits qui ne doivent pas être turbinés pour la production d’électricité).

Là où vivent des populations, et où se trouvent des maisons et des routes, nous ne pouvons évidemment pas laisser les rivières déborder comme elles le veulent. Cependant, il est possible sur ces sites de rouvrir d’anciens bras de rivières, d’inonder des zones à proximité, ou de laisser se former des étangs.

Pour en savoir plus:

Questions voisines:

 

Spacer