Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Qu'est-ce que le pergélisol?

permafrost_1
Sur les pergélisols instables comme celui-ci, des filets à neige flexibles sont fixés sur des fondations flottantes et ancrés avec du mortier spécial.
 
Thermokarst
Lorsque la glace contenue dans le sol fond, le sol peut se tasser et s'affaisser, ce qui provoque la formation de cavités appelées thermokarsts. Ces affaissements peuvent se produire sur quelques jours à quelques années et être profondes de plusieurs mètres.
 
permafrost_2
Forage avant un projet de construction: une caméra est introduite dans le trou de forage pour repérer la présence de glace.
 
permafrost_3
Pylône de remontée mécanique sur rail. Les rails permettent d'ajuster en permanence la position du pylône pour que le guide du câble reste stable.
Photos: SLF
 
 

On appelle pergélisol un sol gelé (température inférieure à 0 °C) en permanence pendant toute l’année. Pour étudier l’évolution du pergélisol, le SLF effectue depuis 1966 des forages pouvant atteindre 60 m de profondeur pour mesurer la température dans le sol. Les recherches sur le pergélisol au SLF tournent aujourd’hui principalement autour de la construction dans ce type de terrain.

Où trouve-t-on du pergélisol ?

Dans les Alpes suisses, c’est au-dessus d’environ 2400 m qu’on trouve du pergélisol et environ 6 % de leur surface est concernée. Le pergélisol est épais de quelques mètres à quelques dizaines de mètres. En été, la couche supérieure dégèle sur environ 3 à 6 mètres et constitue la zone dite active. Les pergélisols peuvent contenir de la glace, et sont donc sensibles aux modifications de température. Le pergélisol peut fluer, s’étendre ou fondre, ce qui provoque éventuellement des dommages importants sur les bâtiments.

 
La présence potentielle du pergélisol est symbolisée par différentes couleurs dans cette carte interactive.

 

Le pergélisol est invisible

Dans les Alpes, différents ouvrages peuvent être construits sur le pergélisol: gares de remontées mécaniques, pylônes, restaurants ou encore constructions paravalanches. Le problème est que le pergélisol est invisible. Il est donc recommandé d’inclure le sous-sol dans les études d’avant-projet. Dans les régions difficiles d’accès, les forages d’étude des caractéristiques du sol sont très chers. En l’absence de pistes, le transport doit s’effectuer par hélicoptère, ce qui augmente considérablement les frais. Dans certains cas, on doit éliminer les sols contenant de la glace, voire renoncer à construire. Mais les réparations seraient encore bien plus importantes si l’on construisait sur la glace avec pour conséquence d’éventuels dommages sur les infrastructures.

Techniques spéciales de construction

Il faut donc étudier précisément les zones de construction sur le pergélisol, et utiliser des méthodes et matériaux de construction particulièrement adaptés. Si on ne peut éviter de construire sur le pergélisol, il faut envisager des techniques de construction mobiles. Il existe des solutions diverses, notamment des constructions flexibles (filets à neige sur fondations flottantes, pylônes sur rails ou encore gares de remontées mobiles...). Une surveillance constante du sol et des ouvrages est nécessaire. Dans la mesure du possible, la stabilité des bâtiments doit être contrôlée en permanence.

Pour en savoir plus

 

Spacer