Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Où trouve-t-on de la neige millénaire?

schneeprofil.jpeg
Ces chercheurs creusent un profil dans une neige âgée d’environ 40 ans. Les profils de neige servent à atteindre les différentes couches du manteau neigeux pour les étudier avec attention. Ici, tu peux apprendre à faire toi-même un profil de neige.
 
snowmicropen.jpg
Le SnowMicroPen mesure la dureté des couches de neige.
 
Schneeradar-Messungen-DSCN1729.jpeg
Le radar nivologique permet de détecter les différentes couches dans le manteau jusqu’à 2 mètres de profondeur, sans avoir à creuser un profil.
(Photos: S. Weissbach/Institut Alfred Wegener)
SLF-ka_ltelabor_003_c_ralph_feiner_optimiert.jpg
Dans le laboratoire réfrigéré du SLF à Davos, les chercheurs examinent la neige de l'Antarctique avec un scanneur spécial  (tomodensitomètre).
 
 

En Antarctique, la neige peut mettre jusqu'à un millier d'années pour se transformer en glace. Elle contient donc des informations uniques sur le passé, et les chercheurs du SLF partent régulièrement en expédition dans cette région pour l'étudier. À titre de comparaison, dans les Alpes, la neige se transforme normalement en glace en l’espace d’une année.

Malgré le soleil haut dans le ciel, le temps est glacial, environ 30 °C sous zéro. Le vent tempétueux abaisse encore la température ressentie d’une dizaine de degrés. Pourtant, les chercheurs du SLF ne se laissent pas impressionner et continuent leurs études du névé – c'est ainsi qu'on appelle le stade intermédiaire entre neige et glace – sur le plateau antarctique.

Une neige très ancienne, archive de l’environnement

En Antarctique, la transformation de la neige en glace, que les spécialistes nomment métamorphose, est très lente car ce processus dépend du climat. Peu de précipitations, des températures négatives toute l’année et des vents forts sont caractéristiques du désert de glace antarctique, et imposent une transformation lente. C’est pourquoi les chercheurs découvrent, lors de l’étude des profils de neige à quelques mètres de profondeur, des neiges déjà très anciennes. Les chercheurs peuvent ainsi déterminer la composition de l’air atmosphérique il y a quelques milliers d’années, et reconstituer le climat.

Ceci est possible car la neige n’est pas uniquement constituée d’eau gelée. On y trouve également des gaz comme le dioxyde de carbone et le méthane, ou encore des particules de poussière de fer ou de magnésium qui permettent de tirer des conclusions sur les conditions climatiques de l’époque. Les chercheurs peuvent mesurer avec précision la composition de la neige en laboratoire. La précision est telle qu’ils détectent également des particules dont la concentration est d’un milliardième, ce qui correspondrait environ à sept personnes rapportées à la population mondiale.

Un travail sur le terrain au sein des glaces éternelles

Pour que les nivologues puissent donner des indications précises sur le climat passé, ils doivent d’abord comprendre comment, avec le climat actuel, la neige se densifie pour devenir de la glace en passant par le stade du névé. Les photos ci-contre te donnent une idée de la façon dont les chercheurs collectent des informations sur le névé pendant leur intervention sur le terrain.

Des doudounes même en laboratoire

Pour pouvoir obtenir encore plus de renseignements sur la neige antarctique, les chercheurs la ramènent à la maison. Emballée dans des caisses isolées, elle part pour un voyage complexe: un avion la transporte depuis la station de recherches dans l’arrière-pays vers la côte. Puis elle est embarquée dans un navire jusqu’à Brest (France) et de là par transport frigorifique jusqu’à Davos en passant par Grenoble. Elle y sera alors « examinée à la loupe » en laboratoire frigorifique, c’est-à-dire étudiée avec un scanneur spécial (tomodensitomètre).

Les expéditions en Antarctique des chercheurs du SLF

  • Hiver 2016/17: les chercheurs du SLF et de l’EPFL construisent entre autres une station qui va mesurer toute l’année la façon dont le vent transporte la neige. Base de l’expédition : la station belge de recherche Princess Elisabeth.
  • Hiver 2012/13: lors de cette expédition vers la station allemande de recherche Kohnen, les chercheurs ont étudié comment la neige se transforme en névé.
  • Hiver 2011/12: au sein de cette expédition française, un chercheur du SLF a étudié les « dunes géantes », d’énormes accumulations de neige. Le point d’appui était la station française de recherche Concordia.
  • Winter 2010/11: la Terre était sans doute glacée jusqu’à l’équateur il y a 600 millions d’années. Les chercheurs nomment cette époque « Terre boule de neige ». Dans l’est de l’Antarctique, on trouve de la glace qui doit être très semblable à celle d’il y a 600 millions d’années. C’est elle qu’ont étudiée les scientifiques de cette expédition, qui comportait également un chercheur du SLF.

Questions voisines:

 

Spacer