Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Le snowfarming, c’est quoi?

Gemststock_Abdeckung_280px.jpg
Le glacier du Gurschen près du Gemsstock (UR) est recouvert d’une toile.
 
 
Snowfarming_2016_280px.jpg
Snowfarming à Davos: à son sommet, le tas de neige a une hauteur d’environ 10 m. Il a permis de réaliser fin octobre 2016 une piste de ski de fond de près de 4 km de longueur.
 
Praeparierung_280px.jpg
On enlève d’abord les copeaux de bois avant d’étaler la neige et de préparer la piste de ski de fond.
 
Athlet_280px.jpg
De nombreux fondeurs de haut niveau utilisent la piste pour leurs premiers entraînements ou pour tester leur matériel. Cela leur épargne de longs voyages vers les pays nordiques ou l’entraînement sur des glaciers.

Tu n’as encore jamais entendu parler de snowfarming? Que peut bien signifier ce mot anglais?

Snow ? Facile, ça veut dire «neige ». Mais farming? Farming signifie «culture». Pour les spécialistes, le snowfarming consiste en effet à stocker de la neige, la conserver tout au long de l’été et la recycler à l’automne.

Conserver de la neige en été

En Scandinavie, cela fait près de 20 ans que l’on conserve de la neige en été. Mais également dans les Alpes, il y a aujourd’hui de nombreux sites qui pratiquent le snowfarming. À Davos, des chercheurs du SLF, la commune et l’Office de tourisme de Davos ont entrepris la première expérience de snowfarming en 2008 : ils ont produit un énorme tas de neige artificielle à l’aide de canons. Les chercheurs ont ensuite couvert la moitié de cette montagne de neige à l’aide d’une toile synthétique spéciale et l’autre moitié de sciure de bois. À ton avis, que s’est-il passé? Restait-il encore un peu de neige à la fin de l’été? Sous la toile, la neige avait pratiquement entièrement fondu. La sciure de bois avait clairement remporté la partie: seulement près de 30 % de la neige avait fondu sous cette couverture. Le reste du tas de neige a permis de réaliser une piste de ski de fond d’une longueur de 500 mètres.

Pourquoi la sciure de bois convient-elle mieux à Davos ?

La couverture en toile fonctionne bien sur les glaciers, parce qu’elle les protège contre le rayonnement solaire. Mais Davos se trouve à 1560 m d’altitude et il y fait beaucoup plus chaud qu’en haute montagne où se situent les glaciers. Les conditions sont donc différentes à Davos: la fonte de la neige y est surtout due à la température de l’air. Une protection contre l’ensoleillement ne suffit pas, une bonne couche isolante est nécessaire. En plus d’une bonne isolation, la couche de sciure de bois présente également un autre avantage: la sciure absorbe l’eau de pluie, qui refroidit le tas de neige en s’évaporant.

Poursuite de ce projet couronné de succès

La réussite de cette première expérience a incité la commune de Davos à pratiquer depuis lors le snowfarming chaque année. Entre-temps, le tas de neige a été alimenté, soigné et agrandi. Les chercheurs du SLF ont installé des stations météorologiques qui mesurent la vitesse du vent, la température de l’air, l’humidité de l’air et la température de la neige. Ils ont également expérimenté différentes épaisseurs de sciure et découvert que la couverture idéale a une épaisseur de 40 cm. Elle permet une fonte minimale de neige.

Les hivers pauvres en neige affectent fortement les domaines touristiques des vallées alpines et montrent à quel point même les stations de ski situées à des altitudes relativement élevées dépendent du précieux or blanc. Depuis plusieurs années, les responsables du tourisme à Davos accordent par ailleurs beaucoup d’importance à l’élite des fondeurs. Grâce au snowfarming, ils peuvent offrir à ces athlètes de bonnes conditions d’entraînement dès le mois de novembre.

Pour en savoir plus:

 

Spacer