Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Birmensdorf, 11.04.2017

L’infestation par les scolytes toujours à un niveau élevé

WSL_Kaefer_Waldrand_kl.jpg

Infestation par des typographes en lisière de forêt après une période de sécheresse. (cliquer pour agrandir)
Photo: Anton Bürgi (WSL)

 
WSL_Kaefer_Wald_kl.jpg

Foyer de scolytes dans une pessière. (Cliquer pour agrandir)
Photo: Protection de la forêt suisse (WSL)

 
Buchdrucker_Wermelinger_kl.jpg

Le typographe (Ips typographus) est le scolyte le plus redouté en Suisse. (Cliquer pour agrandir)
Photo: Beat Wermelinger (WSL)

 
grafik_borkenkaefer_kl.jpg
Fig. 1: Typographe: volume de bois infesté et nombre de foyers d'infestation inventoriés en Suisse entre 1997 et 2016. (cliquer pour agrandir)
 

Remarque sur les droits d’auteur: L’Institut fédéral de recherches WSL met gratuitement à disposition le matériel iconographique pour l’illustration d’articles de presse liés à ce communiqué. L’importation de ces illustrations dans des bases de données photographiques et la vente à des tiers sont strictement interdites.

En 2016, le volume des épicéas morts en Suisse après avoir été infestés par les scolytes s’est élevé à 220 000 m3. Ce chiffre est légèrement inférieur à celui de 2015, mais nettement supérieur à celui des années 2008 à 2012. Dans les vallées méridionales des Alpes et dans certaines parties des Grisons, l’infestation de l’année passée a même augmenté. C’est ce qu’a révélé l’enquête annelle de Protection de la forêt suisse à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL.

En 2016 et 2015, les quantités de bois d’épicéa infesté par les scolytes se sont élevées sur le territoire national respectivement à 220 000 et 252 000 m3. Ces volumes sont nettement plus élevés que pour les années 2008 à 2012 (tab. 1), au cours desquelles ils atteignaient en moyenne 100 000 m3 (fig. 1). À partir de 2012, après des dommages régionaux provoqués par les tempêtes et la pression de la neige, le typographe, le scolyte le plus significatif en Suisse, a infesté un nombre de plus en plus important d’épicéas. La chaleur marquée et la sécheresse de l’été 2015 ont également contribué dans quelques régions au développement des scolytes. Cette tendance s’est maintenue en 2016 : la chaleur qui s’est installée à partir d’août 2016 et la sécheresse locale ont affaibli de nombreux peuplements d’épicéas, de telle sorte qu’en de nombreux endroits, une deuxième génération de scolytes a pu particulièrement bien se développer.

Un nombre de scolytes variable suivant les régions

Sur le Plateau et dans le Jura, l’infestation par les scolytes a certes un peu régressé en 2016 après la forte progression de l’année précédente, mais elle est restée encore bien supérieure à celle des années précédentes. La contamination par le typographe en 2016 a progressé surtout dans les vallées méridionales des Alpes et dans certaines parties des Grisons. C’est le cas dans la Leventina et dans le valle di Blenio (canton du Tessin) ainsi que dans le district de Surselva, le val Mesolcina et le val Calanca (canton des Grisons), où le nombre de nouveaux foyers concernant plus de 10 arbres a fortement augmenté.

Une nouvelle sécheresse pourrait faire exploser les dommages provoqués par les scolytes

Les populations de typographes sont actuellement supérieures dans différentes régions de Suisse à la population naturelle de base de ces insectes, qui sont toujours présents dans les forêts et en constituent un composant important. Les peuplements d’épicéas affaiblis au cœur de l’été 2016 vont-ils se rétablir? Comment les populations de bostryches typographes vont-elles évoluer? Les réponses dépendent avant tout de la météorologie du printemps et de l’été 2017, mais aussi des mesures de lutte mises en place par les forestiers et les propriétaires. Si les mois à venir restent constamment chauds et secs ou si une tempête se produit pendant la période de végétation et casse ou renverse de nombreux arbres, il faudra s’attendre à une forte multiplication des scolytes. L’Institut fédéral de recherches WSL recommande donc de continuer à surveiller attentivement les activités des scolytes, et d’exploiter rapidement les épicéas atteints par le typographe. Des tournées de contrôle plus fréquentes dans les pessières qui souffrent de la sécheresse ou d’autres perturbations permettent de reconnaître à temps les nouveaux foyers de scolytes.

Liens Protection des forêts WSL

Autres liens

Contacts

 

Spacer