Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Birmensdorf, 20.10.2014

Nouveau laboratoire phytosanitaire national: pour une recherche sécurisée sur les organismes nuisibles particulièrement dangereux

Pflanzenschutzlabor, Aussenansicht

Fig. 1: Le nouveau laboratoire phytosanitaire. Cliquer pour agrandir.
Photo: Reinhard Lässig (WSL)

 
Pflanzenschutzlabor, Werkbank

Fig. 2: Identification d’organismes nuisibles dans le nouveau laboratoire phytosanitaire du WSL à Birmensdorf. Cliquer pour agrandir.
Photo: R. Lässig (WSL)

 
Pflanzenschutzlabor, Gewächshaus
Fig. 3:  La serre sécurisée fait partie intégrale du laboratoire phytosanitaire. Cliquer pour agrandir.
Photo: R. Lässig (WSL)
 
Pflanzenschutzlabor, Asiatischer Laubholzbockkäfer
Fig. 4: Le capricorne asiatique, un ravageur dangereux pour l’érable, le peuplier, le bouleau, le saule, le marronnier et le platane en Suisse. Cliquer pour agrandir. Photo: Reinhard Lässig (WSL)
 
Pflanzenschutzlabor, Aussenansicht
Fig. 5: Le nouveau laboratoire phytosanitaire. Cliquer pour agrandir.
Photo: Reinhard Lässig (WSL)

 
Remarque sur les droits d’auteur: L’Institut fédéral de recherches WSL met gratuitement à disposition le matériel iconographique pour l’illustration d’articles de presse liés à ce communiqué. L’importation de ces illustrations dans des bases de données photographiques et la vente à des tiers sont strictement interdites.
 

Les insectes, champignons ou nématodes dangereux pour les arbres et arbustes locaux peuvent désormais être étudiés en Suisse de manière encore plus sûre, grâce au nouveau laboratoire phytosanitaire national de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL, que le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a inauguré le 20 octobre 2014 à Birmensdorf. Le WSL, qui diagnostique pour la Confédération les organismes forestiers nuisibles introduits en Suisse, a mis en place ce laboratoire sécurisé de niveau 3 en collaboration avec l’Office fédéral de l’environnement OFEV et l’Office fédéral de l’agriculture OFAG.

A l’occasion de l’inauguration du nouveau laboratoire biologique sécurisé, le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a souligné qu’un tel équipement faisait défaut jusqu’ici en Suisse, et que cette lacune était désormais comblée. Les organismes nuisibles aux arbres et aux arbustes, ainsi que les maladies des plantes peuvent désormais être diagnostiqués et étudiés à Birmensdorf dans la mesure souhaitée et dans des conditions sécurisées. Avec ce laboratoire construit principalement avec du bois suisse, et dans lequel des organismes de quarantaine exotiques du groupe de risque 3 peuvent également être étudiés, la Confédération complète sa série de laboratoires spéciaux pour l’étude des agents pathogènes particulièrement dangereux. Il en existe jusqu’ici deux en Suisse, le laboratoire Spiez pour la recherche sur les agents pathogènes humains et celui de l’Institut de virologie et d’immunologie de Mittelhäusern pour les agents pathogènes animaux.

Une priorité absolue à la sécurité

Lors de l’inauguration, Konrad Steffen, directeur du WSL, a insisté sur le fait que cette nouvelle infrastructure permet désormais aux chercheurs de mieux assister les services phytosanitaires de la Confédération et des cantons pour développer des mesures efficaces de confinement et de protection contre les organismes introduits. Le nouveau laboratoire spécialisé englobe en effet différentes zones dans lesquelles plusieurs organismes des groupes de risque 1 à 3 peuvent être étudiés simultanément, en permettant le développement de cultures de référence et le stockage des nuisibles et des plantes affectées. La serre adjacente en verre de sécurité répond aux mêmes exigences de sécurité que le laboratoire; il y sera possible d’étudier la biologie et l’impact des organismes dangereux sur des plantes cobayes dans des conditions maîtrisées, et de tester des contre-mesures.

Le nouveau laboratoire phytosanitaire répond à des normes élevées de protection de l’environnement, grâce à divers systèmes de sécurité. C’est ainsi que dans les locaux sécurisés de niveau 3 du laboratoire, la légère dépression permanente, la filtration de l’air expulsé, deux sas dans l’entrée et dans la serre ainsi qu’une élimination sécurisée, après passage en autoclave, des déchets et des eaux usées garantissent qu’aucun organisme nuisible ne pourra s’échapper dans l’environnement.

Une progression d’espèces exotiques introduites

De plus en plus d’insectes, champignons, bactéries ou vers filaires pénètrent en Suisse, en raison de la croissance du commerce international et de la mobilité humaine, mais aussi du climat de plus en plus chaud. De tels organismes peuvent représenter un danger pour la santé des arbres et arbustes dans les forêts, les paysages et les zones habitées. Certaines espèces peuvent même avoir un impact sur des écosystèmes entiers et donc sur l’économie forestière, l’agriculture et la production agroalimentaire.

Parmi ces organismes exotiques, plusieurs sont originaires de régions chaudes mais peuvent également se développer aujourd’hui en Suisse en raison du réchauffement du climat. C’est ainsi que le nombre des espèces d’insectes pouvant être dommageables aux arbres et arbustes en Suisse a progressé exponentiellement en vingt ans. Un exemple actuel d’organisme de quarantaine très dangereux est le capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis), introduit avec le bois d’emballage, qui peut affecter de nombreux feuillus présents en Suisse. Jusqu’ici, ce coléoptère n’apparaît que localement et il est combattu énergiquement, afin qu’il ne puisse pas s’établir définitivement en Suisse.

Des maladies cryptogamiques arrivent également de plus en plus chez nous. Leurs spores microscopiques leur permettent souvent de se répandre trop rapidement pour qu’on puisse intervenir. La maladie du flétrissement du frêne en est un exemple actuel. Les nématodes (ou vers filaires) qui sont arrivés d’outremer en Europe par l’intermédiaire de livraisons de bois pourraient en quelques années menacer différentes espèces de pin en Suisse.

25 octobre: journée portes ouvertes dans le nouveau laboratoire au WSL

Le grand public est invité le 25 octobre 2014 de 11 à 16 heures à une journée portes ouvertes dans le laboratoire. L’entrée est gratuite. Pour la première fois en Suisse, le Service phytosanitaire fédéral présente au grand public le travail des chiens renifleurs à la recherche de capricornes asiatiques. Une quinzaine de stands et d’autres activités attendent les visiteurs, par exemple:

  • Visite du laboratoire biologique sécurisé
  • La technique dans les coulisses du laboratoire
  • Jardins expérimentaux et campus du WSL
  • Programme pour les enfants
  • Restauration à petit prix dans le restaurant du personnel du WSL
Le WSL a créé le nouveau laboratoire phytosanitaire en collaboration avec l’Office fédéral de l’environnement OFEV et l’Office fédéral de l’agriculture OFAG. Ces deux offices exploitent conjointement le Service phytosanitaire fédéral (SPF). La protection phytosanitaire a pour principale mission d’éviter l’introduction et la propagation des maladies et des organismes nuisibles particulièrement dangereux pour les plantes et produits végétaux. Le SPF contrôle notamment le bois d’emballage des livraisons de granit destinées à la construction routière, ainsi que les arbustes importés pour les pépinières et entreprises horticoles.

Environ 170 m3 de bois, dont 97 % en provenance de forêts suisses, ont été utilisés pour la construction du bâtiment. Celui-ci est conçu pour une efficacité énergétique optimale, et sera soumis à des procédures complexes de contrôle. Ce n’est qu’ensuite que le laboratoire pourra être mis en service. Parallèlement au diagnostic et à l’étude des organismes particulièrement dangereux, cette infrastructure pourra être utilisée par des chercheurs partenaires nationaux ou internationaux. Les investissements s’élèvent à environ 15 millions de francs, dont 60 % pour le WSL et le Conseil des EPF, et 40 % pour l’OFEV et l’OFAG. Le laboratoire a été conçu et construit par le bureau d’architecture Burckhardt + Partner.

Discours (en allemand), communiqué de presse et photos

Contacts

  • Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR: Evelyn Kobelt, Attachée de presse, Tél. +41 58 462 20 59, Portable +41 79 301 71 72
  • WSL: Christoph Hegg, Directeur adjoint, Tél 079 292 10 87
  • OFEV: Josef Hess, Sous-Directeur, Tél. 079 518 25 29
  • OFAG: Hans Dreyer, Responsable du Secteur Santé des végétaux et variétés, Tél. 058 462 26 92
  • WSL: Gottardo Pestalozzi, Attaché de presse, Tél. 044 739 22 40
  • WSL: Daniel Rigling, Responsable du Laboratoire phytosanitaire, Tél. 044 739 24 15;
  • WSL: Roland Engesser, Responsable de Protection de la forêt suisse, Tél. 044 739 23 88.

Liens

 

Spacer