Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

16.12.2013

Les températures printanières en Europe favorisent la vitalité du bouquetin des Alpes

Steinbock
Image 1: le bouquetin fait partie de la famille des bovidés et se distingue par ses capacités extraordinaires de grimpeur (photo: Claudio Signer).
Hornvermessung
Image 3: L’espacement des anneaux (à ne pas confondre avec les grosses nodosités) reflète les variations annuelles de croissance de la corne du bouquetin. Cette croissance est un indicateur des conditions de vie de chaque animal (photo: Office de la chasse et de la pêche des Grisons).
Steinböcke
Image 3: Après avoir pratiquement disparu, le «roi des montagnes» est aujourd’hui protégé en Suisse, mais sa population est régulée par la chasse depuis 1977 (photo: Claudio Signer).

Les changements climatiques semblent profiter au bouquetin: des températures plus douces au printemps, une fonte des neiges plus précoce et donc une meilleure offre alimentaire favorisent la croissance des cornes, un indicateur de vitalité. Sous la direction d’Ulf Büntgen et Kurt Bollmann à l’Institut fédéral de recherches WSL, une équipe internationale de chercheurs a présenté cette corrélation dans une étude qui s’appuie sur des données du Service de la chasse et de la pêche des Grisons.

Les résultats d’une étude sur le bouquetin des Alpes, publiée le 16 décembre 2013 dans un article de la revue renommée Ecology Letters, mettent pour la première fois en lumière la relation entre les conditions climatiques à grande échelle et les chaînes d’alimentation locales. Les résultats montrent que le «roi des montagnes» peut profiter du changement climatique.

Méthodes de la dendrochronolgie

Pour la première fois, un groupe interdisciplinaire de chercheurs, constitué de biologistes, climatologues et écologues de Suisse, Norvège et États-Unis a utilisé les méthodes de la dendrochronologie* pour analyser les taux annuels de croissance des cornes du bouquetin des Alpes** (Capra ibex) en Suisse. Ils ont examiné l’effet du climat sur la croissance des cornes, indépendamment de l’âge des animaux et de l’année à laquelle ils ont été abattus. Les résultats montrent que la croissance des cornes reflète avant tout les variations des températures printanières en Europe.
L’analyse de huit populations de bouquetins dans les Alpes des Grisons indique que les taux de croissance annuels des cornes des animaux vivant à différentes altitudes et différents endroits sont en sorte synchronisés avec l’Oscillation Nord-Atlantique, qui influence le temps hivernal en Europe. Les températures élevées entre mars et mai entraînent une fonte des neiges précoce et une meilleure offre alimentaire. Or la croissance et la vitalité du bouquetin dépendent d’abord de la qualité et la quantité des herbes et plantes alpines.

8000 bouqetins analysés

Les scientifiques ont analysé plus de 42 000 anneaux de croissance individuels pour plus de 8000 bouquetins. Ceci a été rendu possible par une série de données unique en son genre: depuis 1964, l’Office cantonal de la chasse et de la pêche des Grisons à Coire procède en continu à des contrôles sévères de la chasse. «Le bouquetin est une espèce protégée. Il est donc particulièrement important de contrôler strictement la chasse, et donc de la documenter soigneusement», explique Lucie Greuter, biologiste des espèces sauvages du service compétent. Depuis la reprise de la chasse au bouquetin dans le canton des Grisons, plus de 20 000 animaux ont été abattus. Chacun d’entre eux a été soigneusement examiné par les gardes-chasse, et les données ont été saisies informatiquement. «Cette série de données éclaire de manière exceptionnelle la relation entre les conditions climatiques de grande échelle, l’offre alimentaire et la vitalité des animaux», constate Ulf Büntgen, responsable de l’étude.

Les auteurs de l’étude attirent également l’attention sur la complexité de la relation entre la vitalité du bouquetin et la variabilité du climat et d’autres facteurs. Pour exploiter au mieux les données sur les bouquetins des Grisons, des analyses et projets de recherche supplémentaires sont nécessaires. «Bien que nous n’ayons pas trouvé jusqu’ici d’indices nets de l’influence de la chasse sur la croissance des cornes, nous allons étudier par d’autres analyses si celle-ci a un impact sur la pyramide des âges des populations de bouquetins et sur l’évolution des cornes», explique Kurt Bollmann, biologiste de la faune sauvage au WSL et l’un des auteurs de l’étude.

Contacts

* La dendrochronologie, ou encore étude des cernes annuels (grec dendron = arbre, chronos = temps, logos = science) utilise les cernes des arbres pour la datation. Le terme de dendrochronologie a été proposé par l’astronome américain A.E. Douglass (1867-1962). Aujourd’hui cette méthode est bien établie pour la datation dans les sciences géographiques, artistiques, archéologiques et le suivi des monuments historiques. Les sous-domaines de la dendroécologie et de la dendroclimatologie permettent de reconstruire les conditions environnementales et climatiques du passé. De la même manière qu’un cerne annuel reflète les facteurs environnementaux et climatiques d’un arbre, les cornes d’un bouquetin sont un indicateur écologique des conditions de vie de cette espèce. Des anneaux très espacés et des cornes longues sont l’expression de conditions de vie optimales, alors qu’une croissance réduite laisse supposer un environnement moins favorable. L’Institut fédéral de recherches WSL à Birmensdorf est un des meilleurs laboratoires de dendrochronologie du monde.

**Le bouquetin des Alpes est un cousin des chèvres domestiques et d’autres espèces de chèvres sauvages. Cet herbivore aux membres trapus est parfaitement adapté à la progression en espaces rocheux. Le bouquetin des Alpes est un bovidé et préfère les zones peu arrosées des Alpes, au-dessus de la limite de la forêt et des brouillards. Le bouquetin des Alpes a une histoire agitée. Il a été exterminé dès le XVIIe siècle dans les Grisons, et à la fin du XIXe siècle, son espèce avait totalement disparu des Alpes, à l’exception d’une dernière population d’environ cent têtes dans la région italienne du Grand Paradis. La réintroduction du bouquetin des Alpes en Suisse à partir de 1911 fut une réussite. Aujourd’hui, quelque 16 650 bouquetins vivent en Suisse, dont 40 pour cent dans les Grisons, où l’espèce est régulée par la chasse depuis 1977.
European springtime temperature synchronizes ibex horn growth across the eastern Swiss Alps, Ulf Büntgen et al., Ecology Letters

 

Spacer