Cynips du châtaignier

Dryocosmus kuriphilus

Espèces ligneuses

Châtaignier

Espèces ligneuses (en latin)

Castanea sativa

Élements de diagnostic

Au printemps, des galles de 0,5 à 2,5 cm de longueur, à la paroi lisse et aux compartiments multiples, se forment sur les jeunes pousses, les inflorescences et les feuilles. Leur couleur varie du vert clair au rose. Plusieurs larves blanchâtres se développent à l’intérieur. Les organes de la plante, colonisés par les larves au sortir de l’hibernation, ne connaissent pas de croissance complète à cause des déformations. Certaines pousses peuvent dépérir. Chez les arbres de plus grande taille, les galles se situent souvent à l’intérieur du houppier. Une forte infestation réduit nettement la formation de fruits et de pousses et entraîne le rabougrissement des arbres après plusieurs années de présence. Toutefois, les châtaigniers les plus grands ne dépérissent pas. La production de marrons peut, quant à elle, subir jusqu’à 75 % de pertes.

Causes et conséquences

De juin à août, les femelles du cynips du châtaignier, longues seulement de 2,5 à 3 mm, déposent jusqu’à 30 œufs dans les bourgeons nouvellement formés. Un œuf ne mesure que 0,1 mm. À la fin de l’été ou en automne, les larves, minuscules, sortent de l’œuf et hibernent dans les bourgeons. À ce moment, aucun symptôme n’est encore visible. L’année suivante, pendant le débourrement, les larves deviennent actives et les galles typiques se forment alors sur les parties de la plante. Après quelques semaines de forage à l’intérieur de la galle, la nymphose s’effectue (nymphe de couleur brun foncé). Et la nouvelle génération de cynips prend son envol en été.

Risques de confusion

Aucun.

Lutte

Les mesures mécaniques et chimiques n’empêchent pas la propagation du cynips du châtaignier. À l’intérieur des galles, les larves du cynips sont bien protégées contre les insecticides. C’est seulement lors du stade initial de la propagation au printemps qu’il est possible de couper et d’enlever les galles dans les pépinières, ou autres foyers de petite taille, pour les détruire. Il importe qu’aucun matériel végétal contaminé, par exemple de jeunes plants, ne soit introduit. Au Japon, la lutte biologique au moyen d’un ichneumon chinois est un succès. Cette espèce a été aussi disséminée en Italie ces dernières années et s’y est établie.

Remarques

Originaire de Chine, le cynips du châtaignier s’est propagé au niveau mondial. Ainsi, on le retrouve en Italie depuis 2002 et il a été détecté pour la première fois au Tessin en 2009.
La propagation se fait par le transport de plants de pépinières et de greffons infestés ou par le vol des femelles. Au début, les foyers ne gagnent que quelques kilomètres par année puis, le vent aidant, ils peuvent se répandre plus largement.
Il est interdit de déplacer tout plant de châtaignier en dehors des zones infestées (jeunes arbres, greffons, etc.).
Bibliographie: Forster, B. et al. 2009: Die Edelkastaniengallwespe Dryocosmus kuriphilus (Yasumatsu) (Hymenoptera, Cynipidae) tritt erstmals in der Südschweiz auf. Mitt. Schweiz. Entomol. Ges. 82, 3/4: 271-279.

(voir carte de distribution)


Beat Forster, Waldschutz Schweiz, dernier changement 23-MAR-18
Traduit par: Jenny Sigot Müller
© 2003-2007 WSL - Waldschutz Schweiz
email: Waldschutz Schweiz

3227dc12b8a641a77c26f426799c80ed

Galles de l’année précédente et nouvelles galles sur un rameau de châtaignier.

4a64b7e35ba3f113ca9702ad0eb7f126

Gros plan sur les galles de couleur verte à rougeâtre.

c31c51f62a2f6d2e48266cebc9dca205

Coupe d’une galle présentant les petites larves blanchâtres.

77ced830ab0cd61bcf62584d24e3a9f4

Femelles du cynips du châtaignier (photo: J.A. Payne, www.forestryimages.com).