Chermès vert et chermès rouge de l'épicéa

Sacchiphantes viridis et
Adelges laricis

Espèces ligneuses

Hôte primaire: épicéa
Hôte secondaire: mélèze

Espèces ligneuses (en latin)

Hôte primaire: Picea
Hôte secondaire: Larix

Élements de diagnostic

Epicéa: galles en forme d'ananas sur les rameaux: d'abord vertes, puis brunes à partir de juillet. Déformation des pousses terminales.

Mélèze: aiguilles coudées et jaunes dans la zone piquée; les aiguilles jaunissent entièrement et tombent prématurément.

Pucerons: certaines générations sont ailées, d'autres sont recouvertes d'une laine cireuse pourvue de longs poils blancs.

Causes et conséquences

Ces deux pucerons ont un cycle évolutif complexe qui dure deux ans par génération. Ils sont aussi soumis à un alternance obligatoire d'hôtes qui sont l'épicéa et le mélèze. Présentons ce cycle sous une forme simplifiée. Au début mai de la première année, la mère souche (fondatrice) pond ses oeufs sur l'épicéa. La mère et les larves qui viennent d'éclore rejettent des sécrétions salivaires lorsqu'elles piquent les aiguilles et cela entraîne la formation de galles sur les rameaux. Les larves qui se développent dans ce substrat quittent les galles en juillet/août. Après la mue accompagnant leur passage à l'état adulte, elles migrent sur le mélèze où elles pondent. Les jeunes larves ainsi engendrées hibernent sous les écailles de l'écorce ou des bourgeons. Au début mai de la deuxième année, elles se mettent aspirer le contenu des aiguilles et poursuivent leur développement sous forme d'adultes aptères. Elles pondent à la base des derniers bourgeons et engendrent soit de nouvelles générations printanières d'insectes aptères soit des pucerons ailés qui regagnent les épicéas sur lesquels ils pondent. Il en naîtra une génération sexuée dont les femelles pondent chacune un oeuf après la copulation. C'est ainsi qu'apparaît la génération fondatrice des larves hibernantes, à la fin de l'été.

Risques de confusion

Les épicéas et les mélèzes peuvent être colonisés par plusieurs espèces de chermès dont la biologie et les galles qu'ils produisent sont semblables.

Lutte

  • Attaque généralement sans conséquence. Sur les épicéas ornementaux, on peut évacuer les galles fermées avant l'essaimage.

  • Eviter de mélanger des épicéas et des mélèzes

  • Si des épicéas en pépinière sont gravement atteints, procéder à un traitement chimique.

  • Mélèzes: aucune intervention n'est nécessaire.

Remarques

Les chermès de l'épicéa appartiennent aux insectes les plus répandus sur les conifères, mais ils n'entraînent que rarement des pertes économiques. S. viridis ne forme des galles que sur les jeunes épicéas d'un âge allant jusqu'à 12 ans tandis que A. laricis le fait sur des arbres plus âgés.


Beat Wermelinger, dernier changement 14-MAY-04
Traduit par: Monique Dousse
© 2003-2008 WSL - Waldschutz
email Waldschutz

f2fa5b3e9106cb4281f7488a4e2691df

Chermès recouvert de cire sur un épicéa.

5b8c22a6b63d8e863d0eba6fd957bde8

Galles, dites en ananas, provoquées par le chermès vert de l'épicéa.

953c1d5d79b9605e9c29eb7ba692322c

Pousse terminale déformée à la suite de l'apparition de galles.

2fd4da3edfac2243eb926e7f14f85287

Ces chermès entourés de cire aspirent le contenu des aiguilles d'un mélèze (ils sont agenouillés!).