Navigation mit Access Keys

Des concepts adaptés aux conditions locales favorisent la biodiversité dans le secteur forestier européen

Menu principal

  

Presque partout en Europe, on constate un appauvrissement de la biodiversité forestière au cours des dernières décennies. Dans le même temps, les attentes de la population à l’égard de la forêt ont augmenté. Pour cette raison, nombreux sont en Europe les propriétaires qui gèrent aujourd’hui la forêt pour qu’en plus de la production de bois, elle réponde à d’autres demandes de la société. Un livre récemment publié sur le sujet résume l’expérience acquise pour assurer un équilibre entre la production de bois et la protection de la biodiversité.

 

La coexistence de plusieurs formes d’utilisation, pratique courante depuis longtemps dans de nombreuses forêts suisses, est appelée par les experts la « gestion forestière intégrative ». Cette approche multifonctionnelle exige une certaine expérience et une connaissance approfondie des interactions écologiques. L’impact de la sécheresse estivale de 2018 est un bon exemple : suite à la mort de nombreux arbres, l’offre de bois, les prix, les réserves d’eau potable et les habitudes de loisirs des gens ont évolué. La forte infestation de scolytes a également remis en question, en de multiples lieux, la fonction protectrice des forêts de montagne.

 

Au cours de la conférence finale du projet oForest « How to balance forestry and biodiversity conservation - a view across Europe », des experts et expertes de 20 pays ont discuté de la gestion forestière intégrative. Lors de cet événement, organisé par l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL et l’Institut européen des forêts (EFI) et soutenu par l’Office fédéral de l’environnement OFEV, le ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture et le canton de Bâle, des exemples pratiques de gestion forestière intégrée de 15 pays ont été présentés.

Le rapport final du même nom vient d’être publié, et synthétise l’expertise de gestion intégrée de plus de 150 spécialistes de la forêt et de la protection de la nature dans 20 pays européens. Les connaissances acquises en trois ans par les organisations européennes partenaires fournissent le premier aperçu à l’échelle européenne de la manière dont les forêts peuvent être gérées pour répondre simultanément à au moins deux des demandes de la société. Outre la production de bois et la conservation de la biodiversité, des objectifs de gestion importants peuvent consister à garantir l’alimentation en eau potable, à favoriser la détente ou protéger les zones habitées et autres infrastructures contre l’érosion et les risques naturels.

 

Le premier des 15 exemples pratiques présentés l’a été par le directeur de conférence Kurt Bollmann, du WSL. Il a mis en avant la gestion de la protection des espèces dans la réserve forestière spéciale d’Amden (canton de Saint-Gall), exemple convaincant de gestion de la forêt conciliant la préservation d des habitats du grand tétras. Uwe Schölmerich (Wald und Holz Rhénanie du Nord-Westphalie) et Patrick Huvenne (Agence de la Nature et des Forêts, Flandre) ont constaté, dans l’exploitation forestière Rhein-Sieg Erft et dans la forêt de Soignes près de Bruxelles, qu’une fréquentation intensive pour la détente n’entravait pas une gestion intégrative.

 

Premier livre sur la sylviculture proche de la nature en Europe

Le livre présente une synthèse de ces exemples pratiques et de bien d’autres en Bulgarie, France, Allemagne, Irlande, Pologne, Portugal, Autriche, Suède, République tchèque, Slovaquie et Slovénie. Richement illustré, il relie des expériences détaillées de la sylviculture et de la protection de la nature dans de nombreuses régions d’Europe avec des connaissances fondamentales issues des sciences naturelles et sociales, de l’histoire et de la politique forestière, de la biologie et de l’écologie. « Dans ce travail collaboratif, nous illustrons à l’aide d’exemples de 20 pays d’Europe comment bien gérer des forêts pour satisfaire au moins deux des demandes prioritaires de la société », explique Frank Krumm (WSL), l’auteur principal de l’ouvrage. En conclusion, il faut des approches de gestion pragmatiques, audacieuses et ancrées au niveau régional pour améliorer la conservation de la biodiversité dans les forêts européennes. De telles approches existent déjà dans de nombreux pays, comme le démontre avec éloquence ce livre.

 

POUR EN SAVOIR PLUS