Navigation mit Access Keys

WSL Page principaleForêtBiodiversité, protection de la nature, forêts vierges

La forêt sauvage: biodiversité, protection de la nature, forêts vierges

Menu principal

 

En Suisse, les forêts vierges ou forêts primaires ont pratiquement disparu. Depuis les années 1990, les réserves forestières naturelles sont aménagées en nombre croissant pour permettre aux forêts proches de l’état naturel de se développer et pour préserver les espèces qui dépendent de celles-ci. Nous assurons le suivi scientifique de la dynamique de ces forêts, de leur faune et de leur flore.

 

Les forêts vierges, intactes de toute intervention humaine, ont presque disparu en Suisse. Néanmoins, de nombreuses forêts ne sont plus exploitées depuis déjà des décennies. Plus de 800 d’entre elles sont aujourd’hui des réserves forestières naturelles, largement sans intervention humaine. Depuis de nombreuses années, nous étudions avec l’ETH Zurich le développement de 49 de ces réserves en Suisse et les comparons à des forêts exploitées.

Nous coopérons également avec des collègues étrangers afin d’étudier de véritables forêts vierges, notamment des forêts vierges de hêtres dans les Carpates ukrainiennes. Les données que nous en tirons nous servent de comparaison avec celles de nos réserves forestières naturelles et de nos forêts exploitées.

Encore bien vivant: le bois mort comme habitat

Les forêts vierges ont une caractéristique typique qui les distingue nettement des forêts exploitées: le bois mort. Celui-ci témoigne que des arbres ont été victimes d’événements naturels comme des tempêtes, ou de leur âge, de maladies, de parasites, ou encore de la concurrence avec leurs voisins. En revanche, dans les forêts exploitées, la plupart des arbres sont abattus avant leur mort naturelle.

Les recherches que nous menons en coopération avec l’ETH Zurich montrent que les réserves forestières naturelles contiennent elles aussi de grandes quantités de bois mort. Elles contribuent ainsi à la survie de nombreuses espèces saproxyliques, c’est-à-dire dépendantes du bois mort. Les grandes quantités de bois mort et les stades de décomposition avancés sont particulièrement précieux. Les forêts exploitées en sont souvent trop peu pourvues pour les espèces saproxyliques exigeantes. C’est pourquoi nombre de ces espèces sont menacées.

Ces espèces rares sont ainsi de bons indicateurs de l’efficacité réelle des réserves forestières naturelles à favoriser la biodiversité. Aussi surveillons-nous les insectes et champignons saproxyliques dans les réserves. Nos recherches ont déjà montré que le nombre d’espèces rares dépendant du bois mort était effectivement plus élevé dans les réserves forestières naturelles que dans les forêts exploitées.

 

Thèmes

Réserves forestières naturelles

Dans les réserves forestières naturelles, la forêt peut se transformer sans intervention humaine. Nous étudions les processus en jeu.

Recherche sur les forêts vierges

Les hêtraies sont des écosystèmes importants en Suisse, mais il n'en existe plus à l'état de forêt vierge - ou primaire. C'est pourquoi nous étudions...

Bois mort

Le bois mort est indispensable à la vie d'innombrables organismes. En forêt, il fournit le gîte et le couvert à environ un cinquième des espèces...

 

POUR EN SAVOIR PLUS