Navigation mit Access Keys

Bremgarten

Menu principal

 

Multiples visages de l’économie forestière dans une hêtraie mixte

 

Les forêts des communes argoviennes de Bremgarten, Wohlen et Waltenschwil, dans le Freiamt, sont exploitées en commun, ce qui permet une sylviculture efficace. Ici, les forêts ne produisent pas uniquement du bois durable. Elles sont aussi un lieu propice à la détente et contribuent à la protection de la nature et des eaux souterraines. Et servent à la recherche, car le chef d'exploitation, Anton Bürgi, est également chercheur à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL.

 

En descendant à la station Erdmannlistein entre Bremgarten (AG) et Wohlen, on se trouve déjà en plein cœur de l’exploitation forestière des trois communes voisines. Les immenses hêtres, chênes et frênes évoquent une véritable forêt millénaire. Pourtant il n’en est rien: peut-être les arbres les plus âgés ont-ils 100 à 120 ans car une hêtraie de ce type pousse assez rapidement sur le Plateau suisse. Les arbres forment des cernes annuels plutôt larges, de sorte que chaque année plus de 12 m3 de bois sont produits par hectare.

Les coûts de cette économie forestière sont bien plus élevés en Suisse que dans les pays voisins, alors que les prix du bois se situent à un niveau équivalent. L’exploitation forestière Bremgarten Wohlen Waltenschwil réalise toutefois des bénéfices. On profite ici non seulement des sols riches en éléments minéraux et de la croissance rapide des arbres, mais surtout de l’organisation et de l’exécution efficaces des récoltes de bois. Au lieu de planter beaucoup d’arbres, le forestier mise sur un rajeunissement naturel – et économiquement avantageux – de la forêt.

De vastes étendues rajeunissent après «Lothar»

C’est un rajeunissement involontaire que «Lothar» a provoqué le 26 décembre 1999. Ici, la tempête a dévasté la forêt sur une longueur d'un kilomètre et demi de et laissé derrière elle un enchevêtrement de plusieurs milliers d’arbres. Près des deux tiers de ce bois ont pu être mis en vente. Mais à Chintis, une parcelle forestière située entre Niederwil-Fischbach et Wohlen, le bois abattu par la tempête a été laissé sur place sur quelque deux hectares. C’est là que le WSL étudie comment une nouvelle forêt prend naissance et quels plantes herbacées, champignons et insectes s’y développent. Depuis lors, plus de 10 000 jeunes arbres ont pris racine entre les arbres à terre, pour moitié des hêtres et érables-sycomores ainsi que quelques frênes. C’est plus qu’il n’en faut pour que de belles forêts mixtes repoussent dans le Chintis.

Dans la région de Bremgarten, Wohlen et Waltenschwil, le randonneur découvre comment la forêt est mise en valeur par des travaux forestiers, pour qu’elle soit rentable et remplisse ses fonctions de détente et de protection de la nature.