Navigation mit Access Keys

Rothenfluh

Menu principal

 

Quand productivité et biodiversité font bon ménage

 

Depuis plus de 150 ans, de nombreuses forêts du Jura bâlois fournissent du bois de chauffage à leurs propriétaires grâce à une gestion dite "en taillis". Cette forme d'exploitation, qui consiste à laisser les souches rejeter naturellement après une coupe, nécessite beaucoup de lumière et des petites surfaces de terrain nu. Sur celles-ci, une flore variée se développe aux côtés des jeunes rejets de hêtres. De nouveaux essais à Rothenfluh BL doivent mettre en évidence le potentiel de croissance et l'importance de cette forme d'exploitation pour la biodiversité de cette région.

 

Le bois est une matière première locale renouvelable. En particulier dans les régions rurales, il est souvent utilisé en tant que combustible. De ce fait, nombreux sont les agriculteurs à considérer leurs forêts comme une source d'énergie importante. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, la région de Rothenfluh et d'autres secteurs du Jura bâlois comptaient des forêt gérées en taillis. Cette forme d'exploitation était particulièrement adaptée aux fortes pentes, où les arbres se développent souvent moins vite et moins haut. En revanche, les hauts plateaux fertiles produisaient en priorité du bois de futaie de grande valeur.

A partir de la randonnée proposée dans la brochure de Suisse Rando, un petit détour au sud-ouest de Limberg suit une courbe de niveau pour nous conduire aux parcelles expérimentales de taillis installées il y a quelques années par le WSL. Il n'y a qu'un petit nombre de hêtraies expérimentales de ce genre en Suisse, même si les taillis ont ici une longue tradition. Ce qui ressemble à première vue à une coupe rase est une étape intermédiaire du taillis. Seul 30% des souches présentent de jeunes pousses de hêtres. Les autres souches étaient trop anciennes. En revanche, la diversité des espèces est bien visible dans la régénération, c'est-à-dire la jeune génération d'arbres: à côté des jeunes hêtres issus naturellement de graines, on découvre entre autres des érables sycomores, des alisiers blancs et torminaux, des sorbiers, des ifs, des sapins. Cet assemblage d'espèces indique que les fortes pentes sont ici soumises à la sécheresse et à de fortes chaleurs. Comme la végétation herbacée est elle aussi très variée, il serait intéressant d'étudier également la biodiversité en collaboration avec la protection de la nature.

Prix Binding pour la forêt décerné à Rothenfluh et Anwil

En 1995, la commune de Rothenfluh a reçu avec sa voisine Anwil le prix Binding pour la forêt pour saluer leur entretien exemplaire des forêts. La Fondation Binding a ainsi mis à l'honneur les efforts des deux communes pour concilier les exigences importantes et justifiées de protection de la nature et du paysage avec celle de la population, dans le but de faire de leurs forêts à la fois un espace de détente et un habitat aussi naturel que possible. Cette distinction s'explique en grande partie par les effets positifs de la gestion en taillis sur l'approvisionnement énergétique local, sur la diversité des espèces et sur celle des habitats pour la faune et la flore.