Navigation mit Access Keys

Transition énergétique suisse: quelles sont les conséquences pour l’environnement et la société?

Menu principal

  

L’Institut fédéral de recherches WSL lance, en collaboration avec l’EAWAG, un nouveau programme baptisé «Energy Change Impact», qui doit montrer quelles conséquences la transition énergétique aura sur l’environnement et la société, et comment les conflits éventuels peuvent être désamorcés.

La Suisse s’est décidée pour une transition énergétique, et prend ainsi la voie d’une transformation profonde de son approvisionnement. Mais quelles sont les conséquences de cette décision? Quel sera l’impact de la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050 sur la société et l’environnement? Quelles sont les ressources naturelles disponibles, et dans quelle mesure, pour la production énergétique en Suisse? L’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL a lancé avec l’EAWAG un nouveau programme de recherche «Energy Change Impact» (Conséquences de la transition énergétique), pour aborder scientifiquement ces questions. L’objectif consiste à assister la société, la politique et l’économie avec des informations et des scénarios fondés pour la planification et la mise en œuvre de stratégies.

Le nouveau programme de recherches utilise et met en réseau les savoir-faire existants

Le WSL et ses partenaires s’intéressent au thème de l’énergie depuis de nombreuses années, et notamment à l’utilisation énergétique du bois, de l’eau et du rayonnement solaire. En outre, les chercheurs s’appuient sur une large expérience quant aux effets des changements climatiques sur l’environnement et la société. Étendre ce savoir-faire, mieux l’utiliser et le relier aux connaissances scientifiques d’autres acteurs, tels sont les objectifs de ce nouveau programme de recherche.

Des méthodes et instruments modernes doivent aider à identifier des sites profitables, mais également judicieux au sens écologique et sociétal, pour l’utilisation des énergies renouvelables. Dans quelles régions doit-on encourager l’énergie hydraulique, ou au contraire envisager un démantèlement? Dans quelle mesure le peuple suisse est-il prêt à sacrifier de beaux paysages pour des centrales photovoltaïques ou des éoliennes? Les scénarios doivent également montrer les quantités de ressources naturelles disponibles pour une production énergétique à l’avenir. Combien de bois peut être utilisé pour la production d’énergie sans mettre en danger une exploitation forestière pérenne? Quels sont les débits pouvant être exploités pour l’énergie hydraulique sans menacer sérieusement l’écologie des cours d’eau?

Comment peut-on éviter du mieux possible les conflits?

L’utilisation des énergies renouvelables peut déclencher des conflits lorsque des intérêts différents, notamment dans la protection de la nature, du climat, des eaux et du paysage, et dans l’aménagement du territoire s’affrontent. Ici aussi, les recherches du WSL peuvent contribuer à identifier le plus tôt possible les risques et conflits liés à la production et au transport de l’énergie, et à élaborer d’éventuelles alternatives. Une préparation judicieuse doit permettre d’économiser temps et argent lors de la mise en œuvre de la transition énergétique.

Astrid Björnsen Gurung prend la direction du programme de recherche. Naturaliste environnementale, elle a déjà travaillé entre 2012 et 2014 dans le cadre du programme national de recherche PNR 61 Gestion durable de l’eau en tant que collaboratrice scientifique au WSL. De 2007 à 2014, elle a en outre dirigé le programme européen de la Mountain Research Initiative. De 2011 à 2014, elle a coordonné l’Alliance austro-suisse pour la recherche alpine.