Navigation mit Access Keys

Deux nouvelles Notices du WSL: La forêt suisse face aux changements climatiques

Menu principal

  

En raison des changements climatiques, les conditions de croissance et les rapports de concurrence entre les arbres forestiers évoluent, ce qui modifiera à long terme la composition en essences. Une sylviculture proche de la nature permet d’adapter peu à peu les forêts à ces nouvelles conditions. C’est ce qu’expliquent deux nouvelles Notices pour le praticien de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL.

 

La Notice pour le praticien n° 59 montre quelles évolutions attendent la forêt dans une ère de changements climatiques. Globalement, les choses sont claires: le climat se réchauffe en Suisse, et les étés deviennent plus secs. Au niveau régional, la sécheresse estivale devrait augmenter le plus fortement sur des sites qui sont déjà relativement secs aujourd’hui. Il importe que les gestionnaires forestiers facilitent l’adaptation de la forêt: en effet, il est vraisemblable que les changements climatiques soient si conséquents et si rapides que seules des mesures ciblées permettront à la forêt de continuer d’offrir des prestations importantes que l’on attend d’elle.

Une sylviculture proche de la nature est efficace pour cette adaptation

La Notice 59.1 présente les principes d’action qui permettent de réduire les risques découlant des changements climatiques dans le cadre d’une sylviculture proche de la nature, et de renforcer la capacité d’adaptation de la forêt. L’amélioration de la diversité des essences fait partie de ces principes. Des semenciers d’essences adaptées aux conditions futures sont inestimables dans ce contexte, car ils permettent de corriger la composition des forêts.

L’adaptation de la forêt aux changements climatiques est un processus continu qui s’étalera sur des décennies. Mais l’approche du gestionnaire reste la même: elle se base toujours sur une sylviculture proche de la nature, avec des essences adaptées aux conditions locales, des peuplements mixtes structurés verticalement et horizontalement, et une proportion élevée de rajeunissement naturel. Généralement, les changements de cap soudains ne sont pas nécessaires pour le moment. Mais toute intervention sylvicole doit être utilisée pour préparer la forêt à un climat plus chaud et plus sec. En raison de la variété des situations de départ – sites, essences, structures des peuplements, prestations attendues, etc. – des interventions sur mesure sont nécessaires pour chaque peuplement. Malgré les incertitudes qui subsistent, les perspectives sont positives en ce qui concerne la répartition ou la diminution des risques pour les prestations de la forêt dans le contexte des changements climatiques. Il sera peut-être même possible de saisir de nouvelles opportunités.

Ces deux Notices pour le praticien ont été rédigées dans le cadre du programme de recherche «Forêts et changements climatiques», déployé entre 2009 et 2018 par l’Office fédéral de l’environnement OFEV et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL, avec participation des cantons. D’autres Notices sont en cours de rédaction.

 

En Suisse, les températures augmenteront et les étés deviendront plus secs. Du fait des changements climatiques, les conditions de croissance et les rapports de concurrence entre les arbres forestiers évoluent. En effet, l’ampleur et la vitesse des changements climatiques devraient être telles que sans mesures ciblées d’adaptation, la forêt ne sera plus en mesure de fournir des prestations précieuses au niveau requis.

Notice pour le praticien 59
2017
  

POUR EN SAVOIR PLUS