Navigation mit Access Keys

Les connaissances de la population sur l’ozone diminuent depuis 15 ans

Menu principal

  

La population est généralement moins avertie de la problématique de l’ozone qu’il y a quelques années malgré la présence de nombreuses informations sur Internet. C’est ce que montre une analyse de l’ensemble des réponses à un quiz sur l’ozone que l’Institut fédéral de recherches WSL soumet depuis 18 années.

 

Après l’été chaud et les fortes concentrations d’ozone de 2018, les chercheurs du WSL se sont demandé si les connaissances sur l’ozone et ses impacts s’étaient améliorées au cours des dernières années. Ils ont évalué les réponses collectées depuis 18 ans à un quiz sur l’ozone développé à l’Institut pour répondre à cette question.

Contrairement aux attentes des chercheurs, le nombre de réponses correctes au quiz sur l’ozone a diminué de 12 % depuis l’année 2000, bien que 82 % des participants considèrent la difficulté du quiz comme étant adéquate. « Cette dégradation me surprend beaucoup, car les participants sont des êtres vivants qui respirent et qui observent l’environnement. À ce titre, ils sont concernés par la qualité de l’air et devraient donc être très intéressés par cette question», s’étonne la biologiste Madeleine Günthardt-Goerg, qui a participé à l’élaboration de ce quiz.

Il est intéressant de noter qu’un participant sur cinq a découvert le quiz sur recommandation d’un contact personnel, une tendance croissante au cours des années, comme l’indique l’évaluation de l’une des 42 questions. Le nombre des participants au quiz a augmenté au cours des premières années, a atteint un maximum lors de l’année très chaude de 2003, qui fut marquée par de fortes concentrations d’ozone, puis a baissé lentement par la suite. « Cette diminution pourrait être due au fait que les informations diffusées sur la concentration du moment en ozone sont devenues une routine, tandis que d’autres informations politiques, sociétales ou économiques ont pris le pas », suppose Madeleine Günthardt-Goerg. Une autre raison pourrait être l’évolution des canaux d’accès à Internet. Car le quiz n’existe pas sous forme d’application mobile et n’est accessible pour les smartphones  et tablettes que par l’intermédiaire du web.

Des concentrations élevées d’ozone pendant l’été 2018

Les dommages dus à l’ozone sont pourtant toujours d’actualité. Les concentrations d’ozone dépassent encore toujours les valeurs limites en Suisse (presque tous les jours en juillet 2018). Les concentrations d’ozone sont très inquiétantes, surtout dans les villes des pays en voie de développement dont le standard de vie s’améliore. Les médecins considèrent que les affections des voies respiratoires devraient augmenter fortement jusqu’en 2050, même si les concentrations d’ozone restent constantes. En outre, le nombre de décès prématurés liés à ces affections devrait atteindre 1,5 à 2,5 millions dans le monde entier. Les dommages visibles à la végétation montrent également qu’il reste essentiel d’améliorer les connaissances sur l’ozone et sur ses impacts.

 

L’Institut fédéral de recherches WSL a élaboré en 2000 un quiz sur l’ozone dans les basses couches de l’atmosphère. Ce quiz avait pour but de permettre à la population de tester ses connaissances sur l’ozone et ses impacts, et éventuellement de les améliorer. Il comporte 42 questions sur l’ozone et ses impacts, réparties dans trois domaines (chimie, végétation, être humain). Les réponses ont été collectées de manière anonyme via Internet. Au total, les chercheurs du WSL ont pu recueillir 21 656 jeux de données.

 

POUR EN SAVOIR PLUS