Navigation mit Access Keys

Les cyclones destructeurs se déplacent vers le nord

Menu principal

  

Les cyclones tropicaux balaient des régions de plus en plus septentrionales. Une étude menée par une équipe de recherche internationale sous la direction de l'Académie tchèque des sciences et de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) en est la preuve. Elle a pu retracer les dommages causés par les cyclones à l'aide des cernes des arbres.

 

Les cyclones tropicaux (appelés typhons en Asie et ouragans en Amérique du Nord) causent des dégâts considérables et font de nombreuses victimes car ils traversent souvent des régions à forte densité de population. Jusqu'à présent, les connaissances sur les changements à long terme de l'intensité des typhons étaient limitées, les données fiables n'étant disponibles que depuis les années 1980. Toutefois, de plus en plus de typhons violents sont observés dans des régions où ils s'étaient rarement produits par le passé. «Jusqu'à présent, il n'avait pas été établi clairement si cette tendance s'inscrivait dans le cadre de la variabilité naturelle à long terme ou si elle était liée au changement climatique», explique Jan Altman, premier auteur, chercheur au WSL et à l'Institut botanique de l'Académie tchèque des sciences (IB CAS). L'étude réalisée par des chercheurs tchèques, russes, sud-coréens et suisses a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

L'histoire des cyclones inscrite dans les cernes des arbres

Les scientifiques ont déterminé la variabilité des tempêtes passées à l'aide des cernes annuels d'arbres échantillonnés en Asie orientale, où l'IB CAS mène des études à long terme. «Les cernes des arbres sont des archives dans lesquelles sont stockés tous les événements importants de la vie des arbres», explique Jan Altman. Les chercheurs ont pu reconstituer les perturbations des écosystèmes forestiers naturels causées au cours des 200 dernières années par des typhons le long d'un gradient nord-sud de plus de 1300 km, de la Corée du Sud à la Russie.

Les résultats indiquent qu'au cours du XX e  siècle, les régions détruites par les cyclones étaient situées plus au nord, et jusqu'ici peu habituées aux typhons. «Nos résultats montrent que les régions touchées étaient autrefois en marge de l'influence des typhons,» conclut Jan Altman. «Par conséquent, les humains et l'environnement sont moins adaptés et plus sensibles à leurs effets.»

(Communiqué de l'Académie tchèque des sciences)

 

POUR EN SAVOIR PLUS