Navigation mit Access Keys

Le pergélisol se réchauffe à l’échelle mondiale

Menu principal

  

Une étude globale à laquelle participent le SLF et PERMOS montre que la température du pergélisol a augmenté à l’échelle mondiale au cours des 10 dernières années.

 

Dans les régions avec un sol gelé en permanence, la température du sous-sol a augmenté en moyenne de 0,3 degré centigrade au cours de la période de 2007 à 2016 – et cela aussi bien dans l’Arctique que dans l’Antarctique et dans les hautes montagnes d’Europe et d’Asie centrale. C’est ce que révèle une nouvelle étude comparative internationale du Réseau mondial de surveillance terrestre du pergélisol (GTN-P – Global Terrestrial Network for Permafrost), qui paraît aujourd’hui dans le magazine spécialisé Nature Communications.

Des chercheurs de 26 pays ont relevé et analysé les températures du pergélisol après avoir effectué quelque 154 forages dans différentes régions du monde. Les températures ont été relevées à plus de 10 m de profondeur. A ce niveau, les fluctuations saisonnières sont à peine perceptibles et les variations de température révèlent des tendances à long terme. Les chercheurs imputent l’augmentation de la température du pergélisol au réchauffement climatique.

Le réseau suisse de surveillance du pergélisol PERMOS (Permafrost Monitoring Schweiz) qui comprend des chercheurs du SLF a également participé à cette étude sous la direction de l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine de Potsdam. Depuis une vingtaine d’années, PERMOS effectue des observations de l’état et des variations du sous-sol gelé en permanence dans les Alpes suisses. Ce sous-sol s‘est également réchauffé, tout particulièrement au cours de la dernière décennie, mais l’ampleur du réchauffement peut varier d’un endroit à un autre. C’est ainsi, par exemple, que la plus longue série de relevés du pergélisol de montagne dans le glacier rocheux Murtèl-Corvatsch à une profondeur de 20 m révèle une augmentation de la température du pergélisol de près d’un demi-degré entre 2007 et 2016. Le réchauffement du pergélisol de montagne peut altérer la stabilité des constructions en haute montagne ou des flancs raides de montagne.

Pour consulter le communiqué de presse de l’Institut Alfred Wegener (en allemand ou anglais)

 

POUR EN SAVOIR PLUS