Navigation mit Access Keys

Menu principal

 
 

Combien coûte la protection des biotopes en Suisse ?

 

Combien faut-il dépenser pour atteindre les objectifs de la protection des biotopes tels que la loi les définit ?

Les biotopes d'importance nationale s'appauvrissent malgré la protection de la loi

La Suisse a mis en oeuvre une série d'inventaires nationaux pour protéger les sites particulièrement précieux de la pression de l'urbanisation et de l'intensification agricole. Ces inventaires permettent de répertorier les hauts et bas-marais, les zones alluviales, les sites de reproduction de batraciens, et bientôt aussi les prairies et pâturages secs.

En de nombreux endroits, les biotopes protégés perdent cependant en qualité, comme le prouvent les suivis.

La législation existe, mais en tout état de cause la Suisse peine à l’appliquer. Cela laisse supposer un manque de moyens financiers.

L'argent fait-il défaut?

Quels seraient les montants nécessaires pour protéger les biotopes d'importance nationale comme l'exige la législation ?

Plus du double des moyens seraient nécessaires

Selon une étude réalisée par l’Institut fédéral de recherches WSL, Pro Natura et le Forum Biodiversité Suisse, la protection et l’entretien des biotopes d’importance nationale exigeraient d’engager chaque année entre 148 et 183 millions de francs pour respecter les normes légales. A ces coûts annuels s’ajoutent 700 à 1500 millions de francs d’investissement unique pour remettre les biotopes fortement dégradés dans l’état dans lequel ils ont été inventoriés.

Un résumé des chiffres et une présentation rapide de l'étude sont disponibles en ligne:

Pour en savoir plus

 

 

 

Les sites inventoriés en un coup d'oeil

 

Les types de biotopes protégés en quelques chiffres

Types de biotope
Superficie en km2 Nombre de biotopes
Hauts-marais 55 545
Bas-marais 192 1172
Zones alluviales 226 283
Sites de reproduction de batraciens 138 824
Prairies et pâturages secs
(Chiffres non définitifs)
231 3100

Détails du projet

Durée du projet

2008 - 2009

Direction du projet

Prof. Dr. Irmi Seidl