Navigation mit Access Keys

Que mangent les abeilles sauvages en ville?

Contenuto principale

 

10.11.21 | Joan Casanelles, edité par Stephanie Kusma | News WSL 

 

Une nouvelle étude montre quelles plantes sont cruciales pour la survie des larves d'abeilles, et avec quelles conséquences pour la répartition des abeilles sauvages dans les villes. Les résultats sont pertinents pour la protection des abeilles sauvages en milieu urbain.

 

Les abeilles sauvages et leurs larves dépendent des ressources en pollen et en nectar pour leur survie. Certaines espèces montrent une préférence alimentaire distincte et ne collectent le pollen que d'une poignée d'espèces végétales. D'autres, dits généralistes, utilisent de nombreuses espèces végétales. Les villes peuvent être des « hotspots » pour la végétation car elles accueillent un grand éventail d'espèces indigènes et exotiques ainsi que des variétés cultivées. Quel bénéfice les abeilles tirent-elles de ces communautés végétales urbaines uniques ?

Une équipe internationale impliquant sept pays et dirigée par Marco Moretti et Joan Casanelles Abella de l'Institut fédéral suisse de recherche sur la forêt, la neige et le paysage WSL a consacré une étude à cette question en s'intéressant plus particulièrement à quatre espèces d'abeilles solitaires. Toutes construisent leurs nids dans des grottes, comme des hôtels à abeilles, et se trouvent dans les villes : l'osmie cornue (Osmia cornuta), l'osmie rousse (Osmia bicornis), Chelostoma florisomne et Hylaeus communis.

 

Les espèces d'abeilles sauvages de l'étude. De haut en bas et de gauche à droite : Osmie rousse (Osmia bicornis), Chelostoma florisomne, Hylaeus communis, photos : Beat Wermelinger, WSL. Osmie cornue (Osmia cornuta). Photo : Björn S., CC BY-SA 2.0 (via Wikipedia Commons).

 

Les scientifiques ont installé des hôtels à insectes dans 80 espaces verts publics répartis dans cinq villes : Anvers, Paris, Poznan, Tartu et Zurich. À la fin de l'été, ils ont rapatrié les hôtels à insectes pour les faire « hiberner » en laboratoire. À l'aide d'analyses génétiques, ils ont ensuite déterminé de quelles espèces végétales provenait le pollen restant dans les nids.

 

Différentes stratégies pour prospérer en ville

Des études antérieures ont montré que l'urbanisation tend à favoriser les espèces généralistes. Dans l'étude qui vient d'être publiée, Hylaeus communis était l'espèce la plus généraliste et aussi la plus répandue. Elle a utilisé pour ses larves le pollen de 81 espèces végétales provenant de 31 familles. Cette stratégie est toutefois coûteuse car de nombreux types de pollen sont difficiles à digérer, voire toxiques. De fait, l'étude a montré que des stratégies différentes du généralisme large peuvent également réussir en milieu urbain.

Par exemple, l'osmie cornue et l'osmie rousse ont visité un grand nombre d'espèces végétales (respectivement 33 et 51), mais la grande majorité du pollen échantillonné dans leurs nids ne provenait que de quelques familles végétales. Les deux espèces ont préféré les arbustes et les arbres. L'osmie cornue a principalement butiné le saule, le pommier et l'érable, tandis que l'osmie rouge a privilégié le hêtre, le chêne et le noyer.

 

Populaire auprès des humains et des abeilles

Ces observations suggèrent que la préférence des abeilles urbaines pour certaines familles de plantes peut être un avantage si ces plantes sont abondantes. De plus, ces abeilles peuvent passer d'une espèce à l'autre au sein d'une même famille végétale et ainsi utiliser plus efficacement les ressources disponibles.

Pourtant, même des abeilles spécialistes au sens strict peuvent prospérer en ville si leur plante préférée est largement présente. C'est le cas de Chelostoma florisomne, qui butine diverses espèces de renoncules, abondantes en ville.

 

Des arbres urbains pour des abeilles urbaines

« Étonnamment, les plantes urbaines communes typiques telles que le pissenlit et le trèfle ont peu, voire pas du tout contribué au régime larvaire des espèces d'abeilles dans notre étude », commente Joan Casanelles Abella, biologiste au WSL et premier auteur de l'article. Les espèces ligneuses, en revanche, se sont avérées être une ressource largement utilisée. Par exemple, Hylaeus communis a récolté d'autant plus de pollen sur les arbres ornementaux, principalement le sophora du Japon ou arbre à miel (Styphnolobium japonicum) que les espaces verts étaient moins abondants. « Cela montre qu'il est essentiel de maintenir une végétation diversifiée, en particulier d'arbres et d'arbustes urbains, pour assurer une alimentation adéquate des larves des espèces d'abeilles sauvages de notre étude. » Les arbres et les arbustes peuvent également être importants pour d'autres espèces d'abeilles sauvages urbaines, en particulier celles qui émergent tôt dans la saison. La répartition des arbres dans les villes étant largement tributaire des activités humaines, elle représente un point d'action important pour les stratégies de verdissement, notamment dans les zones urbaines denses où les plantes herbacées sont peu abondantes. Plus d'arbres permettraient également aux abeilles sauvages de peupler de nouvelles zones et faciliteraient la recherche de nourriture

 

Exotiques ou indigènes ?

Le fait que les plantes soient indigènes ou exotiques semble peu influencer les préférences des abeilles sauvages, contrairement à certaines caractéristiques telles que la valeur nutritive du pollen, la morphologie des fleurs ou la période de floraison, qui peuvent toutes être relativement constantes au sein d'une même famille de plantes. Les abeilles sauvages modérément généralistes pourraient donc bénéficier de plantes ligneuses exotiques. En effet, si ces essences appartiennent à leurs familles végétales préférées et sont présentes aux côtés d'essences indigènes, toutes ces espèces se complètent en tant que ressources alimentaires. « Pour promouvoir au moins une partie de nos espèces d'abeilles sauvages, des forêts urbaines diversifiées devraient être promues dans les espaces verts urbains », conclut Casanelles Abella.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS