Navigation mit Access Keys

Contenuto principale

 

Entre conservation de la nature et développement socio-économique

Autori
Anno di pubblicazione
2016
Citazione:

Eggenberger, T., 2016: Entre conservation de la nature et développement socio-économique. Master thesis.

 

Eggenberger, T. 2016: Entre conservation de la nature et développement socio-économique. Gestion des visiteurs et des habitants. Comparaison entre les Parcs naturels regionaux du Jura vaudois (CH) et du Haut-Jura (F). Bachelorarbeit geleitet von Prof. Felix Kienast (WSL). D-USYS, ETH Zürich

  

La gestion des espaces naturels prend une importance considérable depuis plusieurs années. D’une part, la population mondiale grandissant et se densifiant dans les grands centres urbains, l’utilisation de ces zones vertes ou de détente a très fortement augmenté. D’autre part, on crée de plus en plus d’espaces naturels protégés, où les activités de l’Homme y sont réduites ou interdites. Un grand défi actuel est donc de savoir comment allier ces deux enjeux. Pour y répondre, ce travail s’est penché sur les Parcs naturels régionaux dont le rôle principal est justement d’associer la conservation de la nature et le développement socio-économique. Plus précisément, il traite des trois questions suivantes:

  1. Quels sont les enjeux auxquels les Parcs naturels régionaux font face dans leur création et leur gestion?
  2. Quelle est l’implication de l’habitant dans la gestion du Parc?
  3. Comment sont gérés les visiteurs et les habitants sur les espaces naturels sensibles?

Cette recherche littéraire, complétée par deux interviews d’experts, compare le Parc naturel régional du Jura vaudois (Suisse) et le Parc du Haut-Jura (France).

Tout d’abord, ce travail a relevé les différences suivantes. Les Parcs de France ont été créés en premier lieu pour un motif économique (lutter contre la désertification des campagnes) alors que les Parcs suisses servent avant tout à la conservation de l’environnement (préserver des biotopes). Le système administratif du Parc du Haut-Jura est conséquent (jusqu’à 26 fois plus de membres que dans le Parc du Jura vaudois) et regroupe de très nombreuses instances politiques (régions, départements, etc.) contrairement au Parc suisse qui compte principalement des représentants des différents milieux agricoles, touristiques, etc. Le Parc français a plus de moyens financiers, avec un budget total environ 4.5 fois plus grand que le Jura vaudois. Enfin, l’acceptation du Parc par ses habitants pose encore problème au Haut-Jura. Le Parc suisse pourrait de son côté avoir moins de problèmes sur ce point car ses habitants sont plus impliqués dans la vie du Parc : ils doivent voter pour l’adhésion au Parc et peuvent participer à la mise en place de projets. En France, seuls les élus ou membres d’associations participent à la gestion du Parc naturel régional.

Concernant les points communs, les deux Parcs partagent sur leur territoire une géographie et une écologie semblables. Ce travail a montré qu’ils développent un ensemble très similaire de mesures directives des visiteurs. Il y a également une forte volonté de collaborer de part et d’autre de la frontière.

Cependant, les difficultés majeures apparaissent dans la mise en place de projets communs. Cette recherche a trouvé que les obstacles à cette collaboration ne dépendent qu’indirectement des Parcs eux-mêmes, ils se situent à une échelle plus nationale, car ils proviennent du système de gestion politique et financière des Parcs naturels régionaux qui sont, en Suisse et en France, très différents.