Navigation mit Access Keys

Contenuto principale

 

La reconstruction des forêts de pins sylvestres entre Sion et Loèche de 1900 à nos jours

Autori
Beyeler, S.
Anno di pubblicazione
2013
Volume
63 pagine
Citazione:

Beyeler, S., 2013: La reconstruction des forêts de pins sylvestres entre Sion et Loèche de 1900 à nos jours. Master thesis. 63 p.

 

Beyeler, S. 2013: La reconstruction des forêts de pins sylvestres entre Sion et Loèche de 1900 à nos jours. Masterarbeit geleitet von Matthias Bürgi, WSL und Thomas Wohlgemuth, WSL. D-USYS, ETH Zürich

 

Récemment, les scientifiques ont démontré que le dépérissement des forêts de pins sylvestres en Valais central serait dû au réchauffement climatique. Etonnamment, les anomalies des précipitations étaient bien plus nombreuses vers 1900 par rapport à aujourd’hui. La densité de ces forêts aurait-elle été plus faible par le passé, leur permettant par conséquent de survivre grâce à moins d’évapotranspiration? Cette densité inférieur est elle la conséquence de l’influence de l’homme par son utilisation traditionnelle de la forêt?

Le premier but de ce travail est de trouver des corrélations entre d’anciennes images de peuplement de pins sylvestres, représentant l’aspect visuel de leur densité, et les données issues d’anciens plans d’aménagement forestier afin de pouvoir extrapoler ces relations vers d’autres images pour lesquelles aucune information n’a été trouvé dans les plans. Le deuxième but est d’analyser les données des plans afin d’expliquer l’évolution de ces peuplement de pin sylvestres dans le temps.

Aucune corrélation pour démontrer l’influence de la densité des forêts de pins sylvestres sur sa composition ou ses autres caractérisiques n’a été trouvé. Par conséquent, il est également impossible d’évaluer l’influence de l’homme sur la densité de ce type de peuplement. Cependant, une légère baisse des proportions de pins sylvestres et une hausse du matériel sur pieds pour ces forêts ont été observées. Enfin, seul 60% des peuplements de pins sylvestres ont survécu au temps notament grâce à la combinaison de l’utilisation de la litière et du parcours du bétail.