Navigation mit Access Keys

Landschaftsforschung macht Schule

Contenuto principale

 

Pendant une semaine, de jeunes chercheurs issus du monde entier se sont familiarisés avec des données, des et des modèles permettant d’analyser motifs et processus dans le paysage. C’est la plaine de la Linth qui a servi de région pour l’étude de cas.

 

Le car sillonne tranquillement la vallée. Les voyageurs se laissent imprégner par le paysage qui défile sous leurs yeux, prennent des photos à travers la vitre ou discutent entre eux, on entend de l’anglais, de l’allemand, du roumain et du farsi. Les jeunes gens dans le car pourraient être des touristes lambda désireux de découvrir les curiosités touristiques de la Suisse en un temps record. Mais ils ne vont pas de Zurich à Lucerne ou à Zermatt, ils restent au contraire dans la plaine de la Linth où les touristes ne font normalement pas halte. Les «curiosités» qu’ils contemplent: l’étalement urbain et la fragmentation du paysage, le canal Escher et le canal de la Linth, le camping de Gäsi au bord du lac de Walenstadt et le Kaltbrunner Riet.

Pendant un court trajet sur l’autoroute, la digue surélevée du canal de la Linth est bien visible. Prairies et champs de maïs se succèdent, un peu plus loin se dressent les montagnes. Dans l’une des prairies, on aperçoit des cigognes, au grand bonheur des voyageurs. Mahsa fait partie de ceux-ci. Cette jeune Iranienne de 28 ans, qui a fait des études en design paysager et environnemental, est en Suisse pour la première fois. Elle est assez chanceuse de pouvoir être dans ce car aujourd’hui. Mahsa et les autres voyageurs participent à la Summer School «Recherche sur le paysage» dont toutes les places sont parties comme des petits pains juste après la publication de l’annonce. À l’image des 23 autres participantes et participants, Mahsa est arrivée la veille à Filzbach (GL), sur le plateau de Kerenzerberg. Pendant une semaine, elle va se familiariser ici avec des données, des méthodes, des outils et des modèles utilisés aujourd’hui dans la recherche sur le paysage. La plaine de la Linth sert de région pour l’étude de cas. Afin que les participants puissent se faire une idée plus précise de ce paysage, ils font aujourd’hui cette excursion en car.

 

Comment modéliser des paysages?

L’emplacement de la Summer School n’est pas dû au hasard: «La plaine de la Linth est un paysage habituel. Elle permet d’illustrer, sur un espace restreint, les différentes thématiques de la recherche sur le paysage, ne serait-ce que les conséquences de l’étalement urbain, la mise en réseau des éléments paysagers ou la planification des aires de loisirs de proximité, tout en intégrant la population», explique Janine Bolliger, spécialiste en recherche sur le paysage. Elle a conçu et organisé la Summer School avec sa collègue, Silvia Tobias. Elles ont toutes deux été surprises par la forte demande. «Nous avons eu tant de personnes intéressées que nous aurions pu organiser deux Summer Schools en parallèle. Apparemment, nous avons trouvé un créneau avec notre offre axée sur les données et sur les outils.»

Les participants proviennent des quatre coins du monde et ils ont grandi dans des paysages très différents – en Afrique du Sud, aux États-Unis, en Iran, an Vietnam, au Pakistan, en Hongrie ou en Suède par exemple. Pourtant, les différences avec le paysage suisse habituel ne leur semblent souvent pas si importantes que cela. «En Suisse, les espaces urbains sont certes structurés de façon complètement différente par rapport à chez nous. Mais le paysage et les interactions complexes entre être humain et nature sont très similaires en Iran et ici», explique Mahsa lors d’une courte promenade depuis la tour d’observation du Kaltbrunner Riet jusqu’au car.

Les étudiants viennent de divers horizons, à l’image des disciplines représentées, tout aussi diversifiées: sciences du sol et sciences agronomiques, recherche sur les écosytèmes ou architecture paysagère notamment. Certains viennent juste de commencer leur thèse, un autre venu d’Allemagne a déjà obtenu son doctorat. Un intérêt commun les rapproche toutefois: ils veulent évaluer les modifications du paysage – actuelles ou futures – et rechercher ce que signifient ces changements pour les modèles de paysages. Nombre d’entre eux se sont inscrits à la Summer School parce qu’ils voulaient par exemple apprendre à utiliser les données SIG ou souhaitaient maîtriser la modélisation d’un paysage à l’ordinateur.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

Après l’excursion commence le travail: pendant trois jours, les participants s’entraînent à utiliser les données issues de la télédétection. Ils apprennent à modéliser différentes formes d’utilisation du territoire à l’ordinateur, et à visualiser les modifications paysagères. Et ils découvrent les différentes applications des scénarios sur le paysage de demain, élaborés en collaboration avec la population. En parallèle, les professeurs leur enseignent la façon dont ils peuvent, en tant que scientifiques, soutenir les praticiens lors de décisions en vue d’une utilisation durable du territoire. Avec la Summer School, née de la coopération avec le Global Land Programme, les Universités de Wageningen et d’Amsterdam, et le Centre pour le développement et l’environnement (CDE) de l’Université de Berne, le Centre de recherche sur le paysage du WSL apporte une importante contribution à la formation des spécialistes du paysage.

Il ne reste pas beaucoup de moments libres aux participants pendant leur semaine sur le plateau du Kerenzerberg. Avant le repas du soir, ils travaillent en groupes de trois pour préparer les présentations qu’ils donneront en fin de semaine. Leur mission: esquisser des projets de recherche sur le paysage réalisables dans la plaine de la Linth, un défi en si peu de temps. Or Janine Bolliger se réjouit de voir que les étudiants intègrent un nombre très élevé d’outils présentés dans leurs propositions de projets. Mahsa, l’étudiante iranienne, est aussi satisfaite: «Cette semaine, j’ai travaillé pour la première fois avec des données SIG, ce qui m’a beaucoup plu. J’effectuerai des analyses spatiales dans ma thèse de doctorat, je pourrai ainsi directement appliquer tout ce que j’ai appris.»

Vendredi, la Summer School arrivera à son terme après un dernier repas de midi commun. Beaucoup quittent directement Filzbach pour l’aéroport de Zurich. Mahsa reste toutefois en Suisse. Pour elle, la Summer School marque le début d’une nouvelle étape de sa vie. Dans deux semaines, elle commence en effet sa thèse de doctorat au WSL, à Birmensdorf. Pendant les quatre prochaines années, elle se concentrera sur les différences entre les espaces verts de Suisse et d’Iran, et découvrira ainsi un peu mieux la Suisse. Mais il lui reste encore une nouvelle aventure d’ici-là: un cours intensif d’allemand à Zurich. (Lisa Bose, Diagonale 2/17) 

 

Autres articles sur le thème central

Le paysage nous concerne tous

Peu importe ce que nous faisons, nous modifions le paysage. Nos chercheurs en sciences du paysage l’observent de plus près pour nous permettre de...

Une-Deux

Martin Laupper, président de la commune de Glaris Nord: «La réforme des structures communales constitue un défi, notamment pour la quête d’une...

Le paysage sous observation permanente

Avec le programme OPS, la Suisse dispose d’un outil novateur pour évaluer et améliorer la qualité paysagère.