Link zu WSL Hauptseite Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL
 

Pourquoi les chercheurs du WSL étudient-ils les marais?

Elisabeth Feldmeyer-Christe
Elizabeth Feldmeyer-Christe, chercheuse au WSL, fait des relevés de végétation des marais pour contrôler l'efficacité des mesures de protection des marais.
Photo: WSL
Frasne
Des chercheurs du WSL ont installé 12 surfaces d’observation dans un haut-marais près de Frasne, dans le Jura français, afin d’étudier l’impact du réchauffement climatique.
Photo: Gottardo Pestalozzi / WSL

La Confédération a donné pour mission au WSL l’étude de l’impact des mesures de protection sur les marais. D’autres projets s’intéressent à l’influence du réchauffement climatique sur les marais.

La protection des marais est-elle efficace?

Aujourd’hui on essaie, en limitant l’exploitation des zones de marais, de conserver ces paysages uniques. C’est ainsi que les constructions, l’agriculture et le tourisme y sont fortement restreints.

Simultanément, on travaille à rétablir dans la mesure du possible les marais protégés dans leur état d’origine, par exemple en stoppant les drainages ou en les alimentant en eau.

Ces efforts de protection des marais ne valent la peine que si les effets attendus sont obtenus. On doit donc savoir si les mesures prises apportent des résultats suffisants : grâce à cette protection, est-ce que l’état des marais reste stable ou bien peut-il même s’améliorer?

L’Office fédéral de l’environnement a confié au WSL la mission de contrôler régulièrement le succès des mesures de protection appliquées. Les chercheurs du WSL ont visité tous les cinq ans de 1997 à 2007 l’ensemble des marais protégés, et documenté leur évolution. Ce contrôle d’impact continue aujourd’hui avec le projet Suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse, démarré en 2001

Résultats actuels

D’abord la bonne nouvelle: la nouvelle loi a contribué à stopper la réduction de surface totale des marais. Mais il y a également de mauvaises nouvelles : pour plus d’un quart des marais, le taux d’humidité a diminué, ou bien ils reçoivent trop de nutriments de leur environnement (par exemple des engrais agricoles). Sur plus d’un tiers des marais, un nombre croissant d’arbustes se développent et repoussent la végétation spécifique d’origine.

Les mesures destinées à rétablir l’état d’origine des marais sont efficaces, mais sont trop rarement appliquées, de telle sorte que de nombreux marais ne peuvent en profiter. En outre, on construit encore trop de bâtiments, routes et chemins dans les zones de marais.

D’autres projets du WSL dans les marais

En collaboration avec des partenaires de recherche, le WSL effectue différentes études dans les marais. Notamment, pour comprendre l’influence du réchauffement climatique sur la végétation de ces écosystèmes. Ou encore pour étudier l’impact de l’évolution de la végétation des marais, notamment quand les arbustes gagnent en nombre.

Pour en savoir plus

Questions voisines:

 

Spacer