Totholz und alte Bäume PRINT de | fr

Connaître, protéger et promouvoir le bois mort et les vieux arbres

Les vieux arbres et le bois mort constituent un précieux élément de l’écosystème forestier. Le bois mort est un substrat vital pour des milliers d’espèces d’animaux, de végétaux supérieurs, de champignons, de mousses et de lichens. Un cinquième de la faune et de la flore de nos forêts, soit 6000 espèces, parmi lesquelles plus de 1200 coléoptères, 2500 champignons supérieurs et de nombreux oiseaux, ont besoin de l’habitat et de la nourriture offerts par le bois mort. Ainsi, un manque de vieux arbres et de bois mort met en péril la biodiversité et entrave les mécanismes de régulation dans l’écosystème forestier. Outre son importance pour la diversité des espèces, le bois mort sert de lit de germination aux arbres (régénération sur du bois en décomposition) et il peut contribuer à protéger contre les chutes de pierres et les avalanches.

Combien faut-il de bois mort en forêt?

Aucune réponse chiffrée ne peut être donnée avec exactitude, car la quantité de bois mort nécessaire aux espèces varie largement, tout comme sa qualité (bois mort sur pied ou à terre, épaisseur des troncs et des branches, etc.). Le pic tridactyle, par exemple, a besoin d’au moins 18 mètres cubes de bois mort sur pied par hectare. On peut dire en général que la préservation des espèces, surtout celles qui sont menacées, nécessite plus de bois mort qu’il n’en existe dans la plupart des forêts exploitées. La valeur souhaitée est de 20 à 40 m3/ha, à l'exception des forêts sur des sols particulièrement pauvres. Une augmentation du volume comporte aussi quelques inconvénients: risque accru d’accidents dus à la chute de branches et de cimes, augmentation du risque d’incendies de forêt en cas de sécheresse, multiplication des obstacles entravant la réalisation des travaux forestiers.

Les vieux arbres offrent des habitats indispensables

Non seulement le bois mort, mais aussi les vieux arbres jouent un rôle majeur pour la diversité des espèces en forêt. La vie de nombreux oiseaux cavernicoles dépend de la présence d’arbres pourvus de cavités. Les infatigables pics creusent chaque année de nombreux trous dans de vieux arbres. Si de tels «arbres-habitats» n’existaient pas, les cavernicoles ne trouveraient aucun abri propice à leur progéniture. Beaucoup d’autres espèces animales et végétales, comme l’imposant lucane cerf-volant ou le délicat lichen pulmonaire, vivent sur de vieux arbres dépérissants.

Enrichir en commun la diversité des espèces en forêt

La plateforme Internet www.boismort.ch est destinée à mieux faire connaître les vieux arbres, le bois mort et leur valeur pour encourager leur maintien dans les forêts suisses. Nous vous invitons à approfondir vos connaissances à ce propos et à découvrir quelques habitants du bois mort – en espérant que vous trouverez une réponse à toutes vos questions. Et bien sûr, nous sommes à votre disposition pour de plus amples renseignements.