Navigation mit Access Keys

Ça bouge dans la mousse: des pucerons dans le Parc national suisse

Menu principal

 

Quand il s’agit de pucerons, on n’a souvent qu’une idée en tête: les combattre. Aux ravageurs sur les plantes ornementales et cultivées ou aux pucerons producteurs de miellat forestier, viennent s’ajouter beaucoup d’espèces peu connues. En Suisse, 350 espèces ont été décrites à ce jour. La plupart ont été découvertes par hasard, à l’image du puceron Myzodium modestum, qui vit dans la mousse et s’en nourrit. Malgré sa présence dans les pays voisins, ainsi qu’en Scandinavie, en Russie, au Groënland et en Amérique du Nord, aucun exemplaire n’avait été jusqu’ici retrouvé en Suisse – car personne n’en avait cherché. C’est par hasard que, l’été 2013, des chercheurs du WSL ont détecté le puceron dans le Parc national suisse alors qu’ils étudiaient des réseaux alimentaires dans des pâturages.

La singularité de cette découverte: il s’agissait de deux mâles ailés et d’une femelle. Jusqu’alors, aucun animal sexué n’avait été retrouvé chez les pucerons qui vivent exclusivement sur la mousse. Les scientifiques supposaient de ce fait que ces espèces ne se multipliaient que par parthénogenèse, une forme de reproduction unisexuée au cours de laquelle les descendants se développent à partir d’œufs non fécondés. Cette hypothèse vient d’être réfutée par l’observation des animaux sexués dans le Parc national – un petit pas pour la science, mais une grande joie pour ceux qui les ont découverts. (Lisa Bose, Diagonale 1/17)