Navigation mit Access Keys

Neige ou pas (pour le moment)? Des satellites effectuent des relevés de la couverture neigeuse sur les chemins de randonnée

Menu principal

 

Randonnée ou VTT: les organisations touristiques des régions de montagne et les plate-formes Internet de sports en plein air font la promotion de la détente active dans la nature. Mais ces offres sont fortement tributaires de la météo et des conditions de terrain. Les chemins de randonnée en montagne sont ainsi souvent encore recouverts de neige en été. Où se trouve exactement la couverture neigeuse et quelle est son épaisseur? La réponse n’est pas claire car les chemins en milieu alpin sont souvent difficiles d’accès. Effectuer des relevés de leur état à pied ou en hélicoptère coûte très cher. C’est pourquoi on se limite à des contrôles sporadiques de parcours sélectionnés. Les responsables touristiques manquent de ce fait souvent d’informations pour évaluer l’état des chemins de randonnée et faire la promotion de leur offre.

 

La start-up WeGaw, en collaboration avec le SLF et avec le soutien de l’Agence spatiale européenne ASE, veut justement combler ce manque. Pour son projet pilote «DeFrost», la jeune entreprise utilise différents satellites en vue d’obtenir des informations actuelles sur le manteau neigeux des chemins de montagne, et de les représenter sur une carte. Le bulletin d’avalanches actuel du SLF et les hauteurs de neige saisies par les stations de mesure des Alpes suisses, livrent des informations complémentaires.

Pour vérifier si la nouvelle procédure fonctionne, les chercheurs du SLF ont recours à des appareils photos automatiques. Ceux-ci ont été installés dans différents sites de la vallée de la Dischma près de Davos. Avec une grande précision spatiale et temporelle, ils indiquent les endroits où le sol est encore effectivement recouvert de neige. Une comparaison des photos avec la carte démontre à quel point celles-ci reflètent la réalité.

Le projet DeFrost vise à élaborer un «indice de couverture neigeuse» pour les chemins sur terrain alpin. D’ici au printemps 2020, tout le système devrait être opérationnel. Son objectif consiste à aider les organisations touristiques à mieux évaluer l’accessibilité des chemins de randonnée.
(Sara Niedermann, Diagonal 2/19)