Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL

Hiver peu enneigé 2022/23: FAQ

Depuis des semaines, le SLF reçoit de nombreuses questions sur le manque de neige actuel, ses conséquences pour l'été prochain et les perspectives à long terme pour les décennies à venir. Dans cette FAQ, les personnes intéressées trouveront les onze questions les plus fréquentes ainsi que les réponses de nos expertes et experts.

La FAQ reflète la situation à la mi-mars 2023. Pour savoir comment s'est déroulé l'ensemble de l'hiver, consultez le rapport sur l'hiver 2022/23.

L'hiver actuel était-il jusqu’à présent exceptionnellement peu neigeux?

Tout au long de cet hiver, la quantité de neige était nettement inférieure aux données moyennes dans un grand nombre des 80 stations de mesure de l'espace alpin. Fin février, les hauteurs de neige ont atteint en de nombreux endroits des minima records. Au-dessus de 1000 m, pas moins de 40 pour cent des stations affichaient moins de neige qu'au cours des 70 dernières années.

Peut-on comparer la situation actuelle à d'autres périodes dans le passé?

Certes, il y a eu par le passé des hivers aussi peu enneigés. Mais en règle générale, des chutes de neige abondantes ont par la suite compensé le déficit. En ces temps de changement climatique, avec des températures plus chaudes, la probabilité de bénéficier de grandes quantités de neige ne concerne plus que la haute altitude, ce qui ne compense pas vraiment le déficit, car la superficie y est plus petite.

Le manque de neige est-il différent selon l'altitude ou la région?

En principe, chaque hiver, il y a plus de neige en haute altitude et sur les versants nord qu'en plaine et sur les versants sud. Cela se remarque toutefois davantage lors d’hivers peu enneigés, comme c'est le cas cette saison, car les versants sud sont alors souvent verts, puisqu’il n'y a pas du tout de neige. Les différences régionales peuvent cependant être importantes. Ainsi, cet hiver, le sud-ouest de la Suisse, notamment les hautes altitudes de l'ouest du Valais, a reçu plus de neige que le reste de la Suisse. Mais en comparaison avec de nombreuses années précédentes, cela représente plutôt peu de neige fraîche pour cette région également. Ceux qui cherchent une comparaison précise et interactive pour des lieux spécifiques avec les minima, maxima et moyennes sur plusieurs années trouveront ici leur bonheur.

Quelles sont les causes de cet hiver peu enneigé?

Dans toute l'Europe occidentale, des zones de haute pression ont barré la route aux fronts de précipitations. Il n'y a donc pas eu de fortes chutes de neige. Depuis novembre, il est rarement tombé plus de dix centimètres de neige à la fois – si tant est qu'il y en ait eu –, sauf dans le sud-ouest de la Suisse, notamment en Valais. A cela se sont ajoutées des températures trop élevées pendant de longues périodes. Cette combinaison de chaleur et de sécheresse a considérablement réduit le manteau neigeux. Entre-temps, les premiers endroits où le sol est visible apparaissent même à des altitudes plus élevées. La fonte de la neige peut facilement se propager à partir de ces zones, car le sol y est déjà chaud. Même la neige fraîche n'est alors guère utile. Si elle tombe sur des zones sans neige, elle ne résiste souvent pas longtemps.

L'image de la caméra infrarouge montre comment l'air chaud est déplacé par le vent depuis le dessus du sol libre à gauche vers la zone située au-dessus du manteau neigeux. Le scientifique du SLF Michael Haugeneder explique le fonctionnement de la mesure dans la vidéo ici. (Vidéo : Michael Haugeneder / SLF)

Combien de temps devrait-il neiger pour combler le déficit?

Certes, il y a déjà eu par le passé des hivers peu enneigés, au cours desquels des précipitations soudaines et abondantes ont permis de combler le déficit. Mais pour que le déficit record se transforme en année moyenne, il faudrait beaucoup de neige en peu de temps. Il faudrait que 100 mm de précipitations tombent sur l'ensemble de la Suisse, et même 200 mm dans les régions de montagne. Mais les probabilités en sont toutefois faibles. Les conditions sont d'autant plus difficiles que les températures sont déjà printanières et qu’en conséquence la neige fond plus rapidement. S'il ne s'agissait que d'humidité, un mois de pluie continue permettrait de combler le déficit. Mais contrairement à la neige, l'eau n'est alors pas stockée, c'est-à-dire qu'une grande partie des précipitations va directement dans les rivières et les lacs. Il manque donc l'effet régulateur de la fonte des neiges sur le régime des eaux.

Quel rôle joue le changement climatique?

Le manque de précipitations est la cause principale du déficit de neige actuel. Les températures plus chaudes dues au changement climatique aggravent cependant encore la situation. Considéré sur le long terme, on constate que, selon l'endroit et la situation, il y a eu jusqu'à 60 pour cent de jours de neige en moins au cours des 30 dernières années par rapport à la période de 1963 à 1992. Les données historiques prouvent en outre qu'au cours des 500 dernières années, les quantités de neige sur le Plateau n'ont jamais été aussi faibles que pendant les dernières décennies. Si la Terre continue à se réchauffer comme elle l'a fait jusqu'à présent, il y aura encore à Zurich à partir de 2050 plus d'une semaine de neige par hiver que tous les 15 ans. Entre 1963 et 1992, la moyenne était encore de 34 jours.

De tels hivers seront-ils la règle à l'avenir?

La tendance à long terme est claire. C'est ce que montrent différentes études. Au cours des dernières décennies, les valeurs moyennes ont clairement diminué: Par exemple, rien qu'au cours des 30 dernières années, à Sedrun, la diminution de près de 30 pour cent, passant de 51 à 36 cm, et à Klosters elle est d'environ 43 pour cent, passant de 78 à 44 cm. Le nombre de périodes de neige mouillée augmente déjà actuellement. Au milieu du siècle, la neige – pour peu qu’il en tombe – devrait fondre immédiatement à basse altitude. Dans les 30 prochaines années, le Jura, par exemple, ne connaîtra plus en moyenne 50 jours de neige fraîche par saison, alors que c'était encore le minimum absolu entre 1981 et 2010. Mais beaucoup de choses dépendent aussi des situations météorologiques futures. Les situations avec des courants du nord-ouest apportent de l'air polaire froid et de la neige, celles avec des courants du sud-ouest de l'air chaud. Les vents d'est sont certes froids, mais ils n'apportent guère de précipitations.

Que signifie le manque de neige pour les stations de sports d'hiver?

En raison de températures relativement élevées à la fin de l'année, de nombreuses stations de sports d'hiver n'ont pas été en mesure de produire de la neige technique – familièrement appelée neige artificielle – pour compenser le manque de neige. Les scénarios climatiques montrent que d'ici 2050, l'isotherme zéro degré montera à 1300 et 1800 m. Même à ces altitudes, la neige naturelle seule ne permettra plus de pratiquer les sports d'hiver. Les destinations situées à plus basse altitude seraient bien avisées de faire évoluer leur orientation stratégique et de développer dès à présent un marketing et desactivités qui leur permettront d'attirer les visiteurs lorsque la neige fera défaut.

Qu'est-ce qui nous attend l'été prochain, s'il fait déjà si sec maintenant?

Le manque de neige d'aujourd'hui constitue potentiellement la sécheresse de l'été prochain. Comme l'enneigement de cet hiver est bien en deçà des moyennes pluriannuelle, la sécheresse devrait également devenir un problème cet été, si le manque de précipitations persiste. Ces conditions se produiraient pour la deuxième fois consécutive après l'hiver peu enneigé de 2021/22. Même s’il devait y avoir des précipitations, elles ne devraient guère remédier au déficit. Car pour cela, il faudrait des quantités de pluie et de neige supérieures aux données moyennes dans les semaines à venir.

Selon une étude récente du SLF, la durée des périodes de sécheresse a certes diminué au cours des dernières décennies, mais leur intensité s’est accrue – dans l'ensemble de l'espace alpin. Une comparaison sur le long terme montre en outre que le manque de neige était responsable d'environ 15 pour cent de plus de niveaux bas dans les cours d'eau suisses entre 1994 et 2017 que dans les années 1970 à 1993.

Quelles sont les conséquences de la sécheresse sur l'approvisionnement en eau, la végétation, l'agriculture et la production d'énergie hydraulique?

Les conséquences sont évidentes pour l'agriculture et la sylviculture. Car en été et en automne, les plantes souffrent de la sécheresse, qu'il s'agisse de l'herbe, des arbustes ou des arbres. Le rendement de la viticulture devrait être mauvais en 2023, comme il l'a déjà été en 2022.

A cela s'ajoute le fait que les cantons peuvent interdire les prélèvements d'eau lorsque les niveaux des rivières et des lacs sont bas. Les exploitations agricoles ne peuvent alors pas prélever d'eau pour l'irrigation. Il en va de même pour les propriétaires de jardins.

Les chercheurs du WSL et du SLF s'attendent également à des problèmes en altitude. L'économie alpestre ne fonctionne que s'il y a assez d'eau fraîche – et celle-ci devrait être insuffisante en 2023. Comme déjà en 2022, lorsque la saison s'est terminée plus tôt en raison de la sécheresse. En 2018, année également sèche, les agriculteurs ont même dû abattre une partie de leur bétail à cause du manque d’eau.

Le secteur de l'électricité est également confronté à une pénurie. En l'absence de précipitations, la production des centrales hydroélectriques diminue, car les niveaux des lacs baissent.

Les voies navigables, notamment le Rhin, sont également importantes pour la Suisse. C'est en effet par elles qu'une grande partie des marchandises importées entre dans le pays. Les faibles niveaux d'eau obligent la navigation à fonctionner plus lentement et à limiter les chargements, comme ce fut déjà le cas durant l'été 2022.

La situation particulière des quantités de neige crée-t-elle également des conditions et des dangers particuliers en matière d'avalanches?

En partie. S'il pleut plus souvent en hiver à haute altitude, des avalanches de neige mouillée peuvent encore se décrocher même à 2500 m d'altitude, bien plus tôt que d'habitude. Au cours des 20 dernières années, la phase pendant laquelle les avalanches de neige mouillée représentent un danger a avancé de trois semaines en moyenne. Cette tendance va se poursuivre, de sorte qu'à l'avenir, le maximum d'avalanches de neige mouillée se situera en mars et non plus en mai comme c’est le cas jusqu'à présent. Le SLF ne s'attend toutefois pas à une diminution du danger général d'avalanches pour les années à venir. Il pourrait même augmenter, en particulier à haute altitude. Le facteur d'incertitude relatif à de telles prévisions est toutefois important. En revanche, les avalanches ne descendraient probablement pas aussi loin dans la vallée que jusqu'à présent, car elles se heurteraient auparavant à la neige mouillée qui les ralentirait. La sécheresse constitue un autre risque: Si celle-ci provoque des incendies ou des attaques de parasites dans les forêts de protection, au point de les faire disparaître, cela peut augmenter localement la situation de danger.

Droits d'auteur

Le WSL et le SLF mettent gratuitement à disposition le matériel iconographique pour l’illustration d’articles de presse liés à ce communiqué. L’importation de ces illustrations dans des bases de données photographiques et la vente à des tiers sont strictement interdites.