Navigation mit Access Keys

Laboratoire de salle blanche

Menu principal

 

Le matériel génétique de restes d’animaux et de végétaux préhistoriques permet d’étudier d’anciens écosystèmes. Toutefois, ce matériel génétique est souvent morcelé, endommagé chimiquement ou seulement disponible en de faibles quantités. C’est pourquoi un laboratoire de salle blanche, comme celui que nous possédons au WSL depuis 2015, est nécessaire pour effectuer les travaux d’analyse requis.

 

 

D’où viennent les épicéas qui ont repeuplé l’espace alpin après la fin de la dernière période glaciaire? Venaient-ils du nord ou du sud? Comment les arbres ont-ils réagi aux changements climatiques passés? Certaines essences ont-elles développé des caractéristiques génétiques spécifiques qui les ont rendues résistantes à la sécheresse? C’est à ce type de questions que nous tentons d’apporter une réponse, par le biais de nos recherches en laboratoire sur l’analyse de restes subfossiles d’animaux et de plantes. Nos chercheurs travaillent au point de jonction entre la paléobotanique, la paléontologie, l’archéologie et la génétique. Notre laboratoire est le seul établissement de Suisse qui se consacre spécifiquement à l’analyse d’ADN végétal et animal préhistorique.

Le laboratoire d’ADN fossile au WSL

Notre laboratoire de salle blanche est hermétiquement fermé. Des conditions de surpression sont mises œuvre afin qu’il n’y pénètre aucune particule venant de l’extérieur. Les différentes étapes d’une analyse d’ADN fossile sont exécutées dans des espaces séparés afin de pouvoir éviter dans la mesure du possible tout risque d’impuretés.

 

 

Dans les études que nous réalisons actuellement, nous analysons des restes d’arbres subfossiles afin de reconstruire l’histoire du peuplement et l’évolution des forêts dans les Alpes suisses. Nous développons et améliorons également des méthodes permettant d’étudier l’ADN fossile de manière plus précise et plus efficiente.

Identifier les modifications du matériel génétique

L’analyse de la substance héréditaire d’organismes subfossiles recèle un fort potentiel pour les recherches écologiques. Aucune autre méthode ne permet d’obtenir des aperçus aussi lointains et révélateurs du passé.

En effet, des espèces ayant des ancêtres communs peuvent s’adapter aux changements environnementaux et s’éloigner génétiquement l’une de l’autre; elles développent des «mutations». En comparant les données génétiques d’organismes préhistoriques apparentés, nous pouvons identifier des modèles de répartition géographique, des événements ayant causé l’extinction d’une espèce ainsi que des diminutions de population. Enfin, ces découvertes nous permettent d’évaluer les conséquences du changement climatique pour les espèces actuelles.

* subfossile = organisme des temps préhistoriques non pétrifié ou seulement partiellement pétrifié. Contrairement aux fossiles, il peut être daté au carbone 14.

 
Photo 1 de 6
Bild: Sabine Brodbeck, WSL
Photo 2 de 6
Bild: Sabine Brodbeck, WSL
Photo 3 de 6
Bild: Sabine Brodbeck, WSL
Photo 4 de 6
Bild: Sabine Brodbeck, WSL
Photo 5 de 6
Bild: Sabine Brodbeck, WSL
Photo 6 de 6
[Translate to Französisch:] Bild: Stephanie Schnydrig/WSL
 

POUR EN SAVOIR PLUS