Navigation mit Access Keys

Coopératives énergétiques: des énergies renouvelables grâce à un ancrage local fort

Menu principal

  

Le développement des énergies renouvelables exigé par la loi sur l'énergie permettra de décentraliser davantage la production d'électricité et de chaleur en Suisse. Une enquête de l’Institut fédéral de recherches WSL conclut que les coopératives énergétiques régionales et locales, dont beaucoup coopèrent étroitement avec les municipalités, peuvent donner une impulsion à ce processus.

 

La loi sur l'énergie entièrement révisée et adoptée en 2017 vise, entre autres, à accroître l'utilisation des sources d'énergie renouvelables et disponibles localement. À cet effet, la participation et le soutien financier de particuliers et de communautés sont indispensables. Ceci crée des opportunités pour les structures d'organisation et de propriété locales ou régionales telles que les coopératives énergétiques. Celles-ci permettent aux particuliers et aux collectivités de toutes tailles de participer directement à la production d’énergie et à l’approvisionnement énergétique.

Aujourd'hui déjà, des coopératives bénéficiant d'un large soutien et de cofinancements mettent en œuvre des installations de petite et moyenne taille pour la production d'énergie, par exemple des installations photovoltaïques. La production de chaleur à partir du bois est elle aussi organisée en partie sous forme de coopérative. L'expérience des dernières décennies montre que les coopératives énergétiques locales et régionales soutiennent et font progresser la politique énergétique, en particulier dans les communes de petite et de moyenne tailles.

Bien qu'il existe en Suisse depuis plus de 120 ans des coopératives énergétiques pour la production et la distribution d'électricité, les données empiriques sur leurs structures et leurs activités faisaient défaut jusqu’à présent. C'est pourquoi des chercheurs de l’Institut fédérale de recherches WSL ont étudié ces coopératives en Suisse dans le cadre du Programme national de recherche 71 «Gérer la consommation d'énergie». En 2016, le WSL a réalisé une enquête auprès des 289 coopératives énergétiques inscrites au registre du commerce. Les questions portaient sur leur structure organisationnelle, leurs activités de production d'électricité et de chaleur, leurs finances, le cadre politique et leurs attentes envers l’avenir.

De nombreuses nouvelles coopératives énergétiques

Au total, 136 coopératives énergétiques (47 %) ont participé à l'enquête. Environ la moitié d'entre elles se trouvent dans les cantons d'Argovie, de Berne et de Zurich. La plupart des coopératives énergétiques qui ont répondu au questionnaire produisent de l'électricité avec leurs propres installations photovoltaïques : 93 % les exploitent et 66 % ont l'intention de les agrandir au cours des cinq prochaines années. 75 % des coopératives de production de chaleur utilisent de la biomasse lignifiée.

En particulier, les quelque 150 coopératives créées dans les années 1990 et après 2011 (décision du Conseil fédéral sur la transformation du système énergétique) utilisent presque exclusivement des énergies renouvelables. Ces coopératives, qui sont principalement actives dans les zones rurales, ont pour objectifs de promouvoir la production décentralisée d'énergie, de renforcer l'identité et la communauté locales, et d'offrir une alternative à l'énergie nucléaire. Les membres des coopératives énergétiques sont principalement des particuliers, des agriculteurs, et des communes, plus particulièrement leurs représentants. En comparaison avec l'Allemagne, on trouve en Suisse le même nombre de coopératives pour mille habitants, mais les coopératives suisses sont beaucoup plus petites et moins présentes dans le débat public. Cependant, cela contraste avec leur coopération souvent étroite avec les municipalités, les entreprises énergétiques et la population locale.

Malgré leurs forces, les coopératives ne voient pas l'avenir rose

La plupart des coopératives énergétiques en Suisse ont une base économique solide, mais une confiance limitée dans leur potentiel de croissance et de développement. Les facteurs les plus fréquemment cités qui limitent leur développement futur sont des subventions publiques faibles par rapport à l'Allemagne et des possibilités insuffisantes pour vendre l'énergie produite. Par conséquent, environ 60 % des coopératives qui ont répondu estiment que leur potentiel de croissance est faible, et 27 %, qu’il est modéré. Néanmoins, la plupart d'entre elles visent une croissance modérée dans divers domaines, en particulier dans la capacité de production d'électricité, le nombre de clients et le chiffre d'affaires.

«Dans l'ensemble, l'enquête montre que les coopératives peuvent jouer un rôle de pionnier dans la promotion de la production d'énergie renouvelable grâce à une large base financière et à une forte acceptation du public», déclare Irmi Seidl, responsable du projet au WSL. Les coopératives énergétiques sont des acteurs importants car elles amènent de nouveaux développements et de nouvelles valeurs sociales dans le débat sur l'avenir énergétique, et parce qu’elles soutiennent une utilisation décentralisée des sources d'énergie renouvelables. «L’aspect essentiel est que la transformation du système énergétique est soutenue par la population», explique Benjamin Schmid (WSL), qui a participé à la conception et à l'évaluation de l'enquête. «Les coopératives énergétiques peuvent apporter leur contribution en offrant des possibilités directes d'action locale en matière de politique énergétique».

 

Ce projet de recherche s'inscrit dans le cadre du Programme national de recherche «Gérer la consommation d'énergie» (PNR 71) du Fonds national suisse (FNS). De plus amples informations sur le programme national de recherche sont disponibles à l'adresse suivante: www.nfp71.ch.

 

POUR EN SAVOIR PLUS