Navigation mit Access Keys

Une nouvelle espèce de scolyte en Suisse

Menu principal

 

28.11.2019  | Reinhard Lässig | News WSL

 

Le scolyte nordique de l’épicéa, originaire de Scandinavie, a été découvert pour la première fois en Suisse. En collaboration avec les services forestiers du canton de Saint-Gall et de la Principauté du Liechtenstein, des chercheurs de l’Institut fédéral de recherches WSL ont pu l’identifier des deux côtés de la vallée du Rhin à l’aide de pièges à phéromones spécifiques, ainsi que lors de contrôles du bois stocké infecté. Cette nouvelle espèce de coléoptère observée en Suisse infeste principalement l’épicéa.

 

Le scolyte nordique de l’épicéa (« Ips duplicatus ») est originaire de Scandinavie, d’Europe orientale, de Russie et d’Asie. Depuis quelques années, les observations sont de plus en plus nombreuses en Europe centrale, notamment en Allemagne et en Autriche. En plus de sa propagation naturelle, le transport du bois d’épicéa non-écorcé par route et par rail peut être responsable de son avancée vers le sud.

Un développement plus rapide que les espèces indigènes de scolytes

Le développement du nouvel insecte est similaire à celui du typographe (« Ips typographus »), l’espèce de scolyte de l’épicéa la plus répandue en Suisse et au Liechtenstein. Le scolyte nordique de l’épicéa, habitué à des températures plus basses, prend cependant son envol au printemps, en général plus tôt que le typographe. Son développement larvaire est également un peu plus rapide, de sorte que sa deuxième génération quitte habituellement les arbres à l’automne et hiberne dans le sol. En raison de ce développement rapide, cette espèce pourrait également développer une troisième génération pendant les années chaudes et sèches à basse altitude, ce qui accélérerait considérablement le développement des populations et augmenterait le risque d’infestation.

Les deux espèces de scolytes sont en concurrence directe pour les lieux de reproduction sous l’écorce des troncs d’épicéa. Toutefois, on ne sait toujours pas si les infestations par le scolyte nordique de l’épicéa augmenteront à l’avenir et quelles en seront les conséquences économiques.

Le scolyte nordique de l’épicéa est considéré comme moins agressif que le typographe dans les pays nordiques. Bien qu’il puisse également infester les arbres sains, il semble causer, dans d’autres pays, moins de dommages que le typographe. On peut se demander si le climat de plus en plus chaud de la Suisse peut avoir un impact sur son comportement.

La lutte contre les scolytes devient plus compliquée

Pour l’instant, les chercheurs du WSL recommandent de prendre les mesures habituelles en cas d’infestation de scolytes pendant les saisons chaudes : après la découverte de trous et de sciure sur l’écorce ainsi que des zones jaunies ou desséchées en couronne, les arbres affectés doivent être abattus et sortis rapidement de la forêt ou stockés sur place après avoir été écorcés. En hiver, l’abattage et le débardage des arbres hors de la forêt sont des mesures peu utiles contre le scolyte nordique de l’épicéa, car la plupart des individus hibernent dans la litière du sol. Cependant, la présence du scolyte nordique de l’épicéa ayant toujours été corrélée jusqu’ici avec celle du typographe, les mesures prises en hiver peuvent continuer à être efficaces contre de nouvelles infestations par les scolytes au printemps.

 

Le scolyte nordique de l’épicéa se distingue à peine à l’œil nu du typographe. Les galeries creusées par les deux espèces sont très similaires. L’espèce nordique mesure environ 3-4 mm. Elle est généralement un peu plus petite que le typographe. De plus, les deux espèces colonisent souvent ensemble leurs arbres hôtes, le scolyte nordique de l’épicéa se trouvant plutôt au milieu et dans la partie supérieure du tronc, le typographe dans la partie inférieure. La particularité la plus importante, que l’on ne peut voir qu’à l’aide d’une forte loupe, est la forme différente des « dents » sur la déclivité des élytres, c’est-à-dire à l’arrière du corps.

 

POUR EN SAVOIR PLUS