Écologie végétale fonctionnelle

Notre objectif est de mieux comprendre la dynamique des écosystèmes terrestres face aux changements globaux, dans le but d’anticiper et d’atténuer leurs impacts.

Le rôle de la biodiversité sur les services et fonctions écosystémiques ainsi que les processus physiologiques de réponses des plantes aux contraintes climatiques telles que la sécheresse et l’augmentation des températures et du VPD, constituent notre thématique centrale.

À cet effet, nous mettons en œuvre des technologies de pointe avec des échelles d’analyse allant de la cellule à l’écosystème et couvrant un large gradient de conditions environnementales en milieux tempérés, méditerranéens et tropicaux.

Nous utilisons diverses approches : expérimentations en conditions contrôlées (serre, chambres de croissance), manipulations du climat en milieu naturel (interception de pluie et augmentation des températures), et suivis à long terme dans des réseaux nationaux et internationaux d’inventaires.

Cette méthode d’étude intégrative aura des objectifs à la fois théoriques et appliqués puisqu’elle permettra de paramétrer des modèles prédictifs de réponse de la végétation aux changements globaux tout en améliorant la planification et le développement durable de nos écosystèmes.

Personnel

Écologie végétale fonctionnelle

Christoph Bachofen

Collaborateur scientifique

Maxwell Bergström

Doctorant hôte

Rita Bütler Sauvain

Collaboratrice administrative

Alexandre Buttler

Chercheur invité

Janisse Deluigi

Doctorant hôte

Margaux Didion-Gency

Chercheuse invitée

Patrick Favre

Technicien hôte

Alice Gauthey

Chercheuse invitée

Charlotte Grossiord

Joint Professorship

Kate Johnson

Postdoc

Thibaut Juillard

Doctorant hôte

Sandra Levin Zürcher

Collaboratrice administrative

Eugénie Isabelle Mas

Doctorante hôte

Laura Mekarni

Doctorante hôte

Arianna Milano

Chercheuse invitée

Philipp Schuler

Chercheur invité

Dominic Tinner

Étudiant en Bachelor

Pascal Turberg

Chercheur invité

Helena Vallicrosa Pou

Postdoc

Liens

  • Le laboratoire PERL à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).