Navigation mit Access Keys

Contenuto principale

 

Protéger et favoriser les champignons

Autori
Senn-Irlet, B.; Egli, S.; Boujon, C.; Küchler, H.; Küffer, N.; Neukom, H.; Roth, J.
Anno di pubblicazione
2012
Collana
Notice pour le praticien 49
Volume
12 pagine
Scaricare
Citazione:

Senn-Irlet, B.; Egli, S.; Boujon, C.; Küchler, H.; Küffer, N.; Neukom, H.; Roth, J., 2012: Protéger et favoriser les champignons. Notice pour le praticien, 49. Birmensdorf, Institut fédéral de recherches WSL. 12 p.

 

Bref résumé

Jadis, les champignons comestibles représentaient avant tout un complément alimentaire précieux. Depuis, la cueillette privée est devenue une activité de loisirs appréciée, ce qui a augmenté la pression de cueillette sur les champignons. D’où l’exigence et l’introduction de mesures de protection des champignons qui ont suivi.

En 1975, une étude à long terme a débuté dans la nouvelle réserve mycologique de La Chanéaz, dans le canton de Fribourg. Ses objectifs: obtenir des connaissances scientifiques sur l’écologie des champignons forestiers ainsi que sur les dangers auxquels ils sont potentiellement exposés, et examiner l’influence de la cueillette sur la flore fongique. La réserve mycologique de La Chanéaz est unique en son genre au niveau national et international. Nulle part ailleurs, l’évolution de la flore fongique n’a été à ce jour étudiée de façon précise sur une si longue période. Les répercussions négatives qu’une pression de cueillette accrue aurait exercées sur la présence des champignons ne furent toutefois pas confirmées: le responsable du recul de certaines espèces de champignons n’est pas la cueillette, mais la modification et l’endommagement de leur biotope. Les grands changements dans l’utilisation des sols ont fortement influé sur la flore fongique. De surcroît, de nombreux champignons réagissent de façon sensible à la pollution atmosphérique et ont de ce fait régressé.

Le Centre de données SwissFungi, exploité à l’Institut fédéral de recherches WSL sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), constitue avant tout une aide pour l’élaboration des Listes rouges. Il fournit également aux autorités des informations importantes sur la présence d’espèces qui nécessitent une protection. La Liste des espèces prioritaires au niveau national sert d’instrument complémentaire aux Listes rouges; c’est aussi une aide à l’exécution pour la fixation de priorités dans la promotion d’espèces et d’habitats. En tant qu’aides à l’exécution destinées aux autorités de protection de la nature, des fiches pratiques ont été élaborées en 2012 sur les douze espèces de champignons protégées au niveau national et sur d’autres espèces à favoriser en priorité.

La mesure principale ciblant les espèces de champignons menacées consiste en la protection et la préservation de leur habitat naturel. S’y ajoutent des mesures de protection des biotopes spécifiques aux espèces, tel le maintien d’îlots de vieux bois ou de bois mort dans les forêts.

Cette Notice résume les connaissances actuelles sur les dangers auxquels sont exposés les champignons en Suisse, ainsi que sur leur protection. Elle propose également des aides décisionnelles concrètes en vue d’une protection pertinente.