Navigation mit Access Keys

WSL Page principaleBiodiversité

Biodiversité

Menu principal

 

La biodiversité – diversité des milieux naturels, des espèces, des gènes et des interactions – représente la diversité de la vie. Nous élaborons les bases scientifiques nécessaires au suivi et à la conservation de la biodiversité en Suisse et ailleurs dans le monde, et calculons les modifications qui pourraient l'affecter à l’avenir.

 

Notre existence est fondée sur la biodiversité – la diversité des gènes, des espèces et des habitats ainsi que les interactions au sein de ces trois niveaux et entre eux. En ratifiant la Convention de Rio, la Suisse s’est engagée à surveiller, maintenir et développer la biodiversité. Car seule une grande biodiversité permet aux écosystèmes de fournir des services essentiels tels que de l’eau propre ou des sols stables. La biodiversité contribue aussi à la qualité de vie et à la valeur récréative de notre environnement. Pour des raisons éthiques et morales, il relève de notre devoir de préserver la diversité des espèces, qui est un des éléments de la biodiversité.

Pourtant, la biodiversité est menacée, dans le monde entier et en Suisse. Les changements d’affectation des sols, la pollution environnementale, les espèces envahissantes et les changements climatiques ont un impact négatif sur la biodiversité. Pour assurer son maintien et son développement sur le long terme en Suisse, le Conseil fédéral a adopté la Stratégie Biodiversité Suisse en 2012 et le plan d’action de la Stratégie Biodiversité en 2017.

Recherche et suivi

En tant qu’institut de recherche de la Confédération, nous pratiquons aussi bien la recherche fondamentale que la recherche appliquée dans les domaines du suivi et de l’analyse de la biodiversité, de l’écologie des écosystèmes montagnards, de la biodiversité forestière, de l’écologie urbaine et de l'écologie de la conservation. Pour le suivi et la conservation de la biodiversité en Suisse et dans le monde entier, nous mettons au point des méthodes permettant de comprendre la biodiversité et ses modifications. Nous entretenons par exemple les centres de données nationaux pour les champignons et les lichens, documentons l’évolution démographique des différents groupes d’organismes et établissons des listes rouges. Dans le cadre du projet «Suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse», nous étudions sur mandat de l’OFEV si les biotopes d’importance nationale évoluent conformément aux objectifs de protection et si leur surface et leur qualité se maintiennent.

Les mesures de protection de la biodiversité sont souvent coûteuses. Il est donc important de vérifier leur efficacité. Nous mettons au point des méthodes de suivi de l’efficacité et contribuons ainsi à optimiser la mise en œuvre de ces mesures. Nous préparons les résultats de nos recherches pour leur application pratique et conseillons la Confédération, les cantons et les autres parties prenantes.

Rétrospective et perspectives

La biodiversité est en mutation constante. En comparant les données actuelles avec des données historiques, nous pouvons montrer l’impact des modifications de la biodiversité sur les écosystèmes, d’une part. D’autre part, la modélisation des modifications des milieux naturels nous permet de prédire l’évolution future de la biodiversité. Pour nos modèles, nous utilisons sur le terrain et dans nos expériences des données mesurées, des données SIG et des données de télédétection.

 

Points forts

Centre du WSL pour la biodiversité

Avec le Centre pour la biodiversité, le WSL met en place un pôle de recherche sur la biodiversité reconnu au niveau national et international.

 

Blue Green Biodiversity

Une collaboration entre l'Eawag et le WSL consacrée à la biodiversité à l'interface des écosystèmes aquatiques et terrestres.

 

 

Actuel

Jeunes épicéas de plusieurs populations dans la pépinière forestière de Matzendorf (canton de Soleure).

La conférence Evoltree au WSL a souligné le rôle des analyses du génome pour comprendre la forêt et l'adapter au changement climatique.

Christian Rixen, botaniste au SLF, décrit dans son article de blog comment il a fait le tour du nord du Groenland et ce qu’il a découvert.

Les hauts-marais ou tourbières ne sont pas alimentés par des cours d'eau, mais uniquement par les précipitations. La sphaigne et autres plantes adaptées aux sols acides sont typiques des marais. (Photo: Lena Gubler, WSL)

Comment se portent nos marais et comment pouvons-nous les aider? Des spécialistes issus de la pratique et de la recherche en ont débattu au WSL.

Les nouvelles cartes de la biodiversité à Zurich montrent une grande diversité d’espèces, dont certaines peuplent même le centre-ville.

 

Publications